| Par lpbw

«Les employés de l'usine Bombardier à Mirabel sont soulagés», affirme le syndicat

INVESTISSEMENT. L’annonce de l’investissement de 1 milliard $ US du gouvernement du Québec dans le programme CSeries de Bombardier représente un soulagement pour les quelque 1 200 travailleurs de l’usine de Mirabel.

«On craint toujours pour les pertes d’emplois, mais là je crois que ça va sécuriser les emplois chez nous au Québec, ça fait du bien. La plupart des travailleurs sont contents», affirme Yvon Paiement, président de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale qui représente les travailleurs des usines à Mirabel, Montréal et Dorval.

Son syndicat ne pouvait pas demander mieux qu’une implication de Québec de cet ordre, explique-t-il. «Ça fait des années qu’on demande au gouvernement d’intervenir. Dans les autres pays, plusieurs gouvernements le font. C’est une situation gagnante pour Bombardier et les travailleurs», observe M. Paiement.

Selon lui, le nombre de travailleurs est voué à augmenter à l’usine de Mirabel. «Les années difficiles vont être derrière nous».

Le maire inquiet

De son côté, le maire de Mirabel Jean Bouchard n’est pas si enthousiaste et se dit même inquiet concernant cette annonce de partenariat. «C’est comme si c’était la dernière chance avec le gouvernement de pouvoir démarrer la production de la CSeries, commente M. Bouchard. Est-ce qu’on met Bombardier sur le respirateur artificiel ? On souhaite que ça réussisse, mais je suis tout de même inquiet».

Le maire de Mirabel rappelle que les gouvernements provincial et fédéral sont déjà venus en aide à cette entreprise dans le passé. «J’espère qu’il (le gouvernement) se protège pour ne pas perdre son investissement. Ça ne veut pas nécessairement dire que ça va fonctionner», affirme-t-il.

Ce dernier note également que Bombardier a récemment approché le groupe aéronautique européen Airbus concernant la vente d’une participation dans le programme CSeries, et ajoute que la multinationale a refusé. D’un autre côté, il trouve rassurant que le gouvernement aide «une entreprise importante au Québec à conserver les emplois».

Investissement stratégique

Jeudi, l’entreprise québécoise s’est réjouie de cette aide financière. «Ce partenariat arrive à un point tournant, la CSeries étant à la veille d’être certifiée. Le marché est à notre portée, notre leadership est en place, nous avons le meilleur produit et avec le soutien du gouvernement, nous sommes prêts à faire de cet avion un succès commercial», a mentionné Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier.

«Cet investissement stratégique assurera également la pérennité de l’ensemble des activités liées à la CSeries au Québec pour une période d’au moins vingt ans», a pour sa part déclaré le ministre de l’Économie Jacques Daoust.

Cependant, le Parti Québécois et la Coalition Avenir Québec ont critiqué cet investissement à l’Assemblée nationale jugeant que le gouvernement Couillard prend trop de risques avec l’argent des contribuables.

Installations à Mirabel

L’entente prévoit une participation de Québec de 49,5 % dans une société en commandite nouvellement constituée. Bombardier détiendra 50,5 %. L’investissement prévoit également que, pour une période de 20 ans, Bombardier doive notamment exploiter les installations situées à Mirabel et conserver son siège social ainsi que plusieurs autres activités et services au Québec.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.