Le campus de Saint-Jérôme accueille plus de 2 500 étudiants.

| Par Sandra Mathieu

Les deux visages de l’accessibilité

Supplément : Partir du bon pied, pas juste pour les écoles

UQO – Campus de Saint-Jérôme

Depuis 30 ans, le Campus de Saint-Jérôme fait sa place dans les Laurentides et permet de démocratiser l’accès à l’éducation universitaire en région. La vice-rectrice au Développement, Sylvie B. de Grosbois, met en lumière sa vision de l’accessibilité et l’impact de l’établissement sur le développement socio-économique des Laurentides.
« L’accessibilité a selon moi deux visages, explique d’entrée de jeu Mme de Grosbois. Un campus en région permet une démocratisation territoriale. Plusieurs étudiants ne pourraient se permettre des études s’ils devaient se déplacer dans les grandes villes. Un campus comme celui de Saint-Jérôme permet une meilleure conciliation famille-travail-études. Aussi, nous contribuons au développement socio- économique puisqu’une société de savoir passe par le pourcentage de sa population qui poursuit des études. »
Cette Montréalaise qui se considère comme une citoyenne laurentienne et son équipe travaillent en étroite collaboration avec le milieu pour connaître les besoins et ainsi offrir de la formation en conséquence. « Former des professionnels dans des spécialités recherchées dans la région encourage les diplômés à s’établir ici par la suite. Grâce à leur passage, ils auront développé de nombreux contacts et un réseau pour le futur. »
Aussi, Mme de Grosbois remarque qu’avant de s’installer dans une municipalité, les entreprises veulent s’assurer que la région offre de la formation continue et permet aux travailleurs de se qualifier dans leur domaine d’expertise.

Vie étudiante

La possibilité d’étudier dans son domaine en région est indispensable, mais selon la vice-rectrice, il ne faut pas sous-estimer l’importance de l’expérience globale de la fréquentation de l’université, qui passe par la vie étudiante et les différents services offerts. Chaque année, une centaine d’activités et d’événements de réseautage sont organisés par et pour les étudiants. « Sous peu, nous inaugurerons notre café-bar, un autre beau projet qui démontre le dynamisme de la direction des services aux étudiants, se réjouit-elle. Nous travaillons également à élargir l’offre d’activités sportives au cœur du magnifique terrain de jeu que sont les Laurentides. »

Le saviez-vous?

Le campus de Saint-Jérôme, qui a pignon sur rue dans l’immeuble actuel depuis 2007, accueille plus de 2 500 étudiants dans divers programmes : Administration, Éducation préscolaire et en enseignement primaire, Ensei-gnement en adaptation scolaire – primaire, Psychoéducation, Sciences infirmières, Travail social, etc.
La prochaine journée portes ouvertes aura lieu le 10 novembre prochain de 10 h à 13 h.

Des idées novatrices en complicité avec le milieu

« Je suis moi-même issue d’une famille de première génération, c’est-à-dire que mes parents n’ont pas fait d’études universitaires. Le réseau des universités du Québec m’a permis d’avoir accès au savoir, et c’est un honneur d’être aujourd’hui la vice-rectrice et de contribuer au développement des Laurentides dans son ensemble. En région, nous nous devons d’être créatifs et d’innover, et c’est ce que nous faisons chaque jour malgré notre petite équipe », conclut Mme de Grosbois avec grande fierté.
Info : uqo.ca

Sylvie B. de Grosbois, vice-rectrice au Développement du Campus de Saint-Jérôme. Photo: courtoisie

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.