|

Les défis de l’UQO en 2016

Par lpbw

ÉDUCATION. «La période de compressions budgétaires ne peut être éternelle, estime le recteur de l’UQO, Denis Harrisson, et c’est pourquoi l’Université se doit de regarder vers l’avenir et continuer de travailler à son développement.»

C’est entre autres ce qu’a indiqué M. Harrisson, lors des petits déjeuners du recteur qui ont eu lieu au campus de Gatineau ainsi qu’au campus de Saint-Jérôme, les 19 et 20 janvier derniers. Près d’une centaine d’employés, professeurs et chargés de cours ont assisté à ces rencontres qui marquent traditionnellement la rentrée du trimestre hivernal.

Denis Harrisson, qui est arrivé en poste il y a près d’un an, a souligné les faits marquants de l’UQO au cours de l’année 2015, une année très chargée à plusieurs points de vue et qui a commencé avec des compressions budgétaires. Une situation difficile, a reconnu M. Harrisson. Notamment pour l’UQO, une université qui n’a pas terminé son développement de base. Malgré ces défis, l’UQO se doit d’aller de l’avant, souligne le recteur, qui a rappelé que Québec est maintenant en position de surplus budgétaire. «Je ne peux vous dire si nous sommes à la fin des compressions budgétaires. Ce qui ne nous empêche pas d’avoir des projets. Notre université n’a pas terminé son plan de développement. Il faut davantage de programmes dans toutes les disciplines, particulièrement dans les sciences de la santé et les sciences sociales aussi. Il faut aussi continuer de développer les programmes de deuxième et troisième cycles», a-t-il fait savoir tout en ajoutant que l’UQO doit être prête pour le développement une fois que cette période d’austérité sera passée. Le processus d’élaboration d’une nouvelle planification stratégique est d’ailleurs bien avancé, selon le recteur.

Popularité des programmes

À Saint-Jérôme, la popularité des programmes offerts est toujours en croissance avec une augmentation de 12 % des effectifs étudiants en 2015. Cinq ans après sa construction, le campus de Saint-Jérôme dépasse déjà sa capacité.

Le manque d’espace au campus de Saint-Jérôme a été discuté lors de multiples rencontres et démarches auprès des élus et du gouvernement.

Négociations à venir

L’année 2016 en sera une de négociations collectives avec trois conventions à renouveler.

La Fondation de l’UQO, qui compte maintenant sur le nouveau directeur, Jacques Giroux, travaillera sur une nouvelle campagne. 2016 sera aussi l’occasion de souligner le 35e anniversaire de l’obtention des lettres patentes de l’UQO. De plus, une série d’activités seront mises en place pour faciliter l’accueil et l’intégration de réfugiés syriens.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.