Les délégués de l’exécutif du Syndicat des travailleurs et travailleuses du Centre du Florès
|

Les conditions de travail au Centre du Florès affectées par les coupes

COUPES. Les techniciens et professionnels du Syndicat des travailleurs du Centre du Florès (CSN), CISSS des Laurentides, s’apprêtent à mener une série d’activités de mobilisation en vue de protester contre les coupes effectuées par leur employeur.

Selon le Syndicat, le CISSS des Laurentides aurait annoncé, en date du 28 juillet dernier, son intention d’effectuer des coupes de 2.4 millions de dollars dans le nouveau programme DI-TSA, anciennement nommé le Centre du Florès, lequel dessert une clientèle de personnes souffrant d’une déficience intellectuelle (DI), du trouble du spectre de l’autisme (TSA) et de problèmes de santé mentale. Depuis cette date, les mesures appliquées pour atteindre l’objectif financier inquiètent les employés au plus haut point.

«Ces coupes, effectuées au nom de l’équilibre budgétaire exigé par le gouvernement, affectent non seulement les conditions de travail, mais également le service aux usagers.» Selon la présidente du syndicat, Marie-Josée Bolduc, «les conditions de travail s’en trouvent fortement atteintes, ce qui se traduit par une pression, un surcroît de travail important et un impact direct sur les services offerts.»

Elle rappelle que les salariés du Centre du Florès subissent des compressions depuis 2 ans, en plus d’avoir vécu une réorganisation des services dans les neuf sites de la région des Laurentides. «Cela avait déjà causé de la turbulence au niveau des services et nous ne savons pas combien de temps tout cela va encore durer.»

En date du 30 septembre, huit employés de la Résidence d’accompagnement continu Léger (RAC) de Rivière-Rouge apprenaient la fermeture de l’établissement et la perte de leurs emplois. «On nous a annoncé trois vagues de mesures,» dit Marie-José Bolduc, «et ce n’est que la deuxième.»

Du côté du CISSS, on affirme en effet avoir identifié une série de mesures d’optimisation qui seront appliquées tout au long des prochaines semaines. «Dans le cadre de ce regroupement régional, une réorganisation de nos services s’imposait,» explique Daniel Corbeil, président-directeur général adjoint du CISSS des Laurentides. «Tout d’abord parce que nous avons le devoir d’assurer à l’ensemble de la population un accès rapide et simplifié à des services de santé et des services sociaux répondant aux plus hauts standards de qualité. Également parce que nous avons la responsabilité de veiller à ce que tous les deniers publics consacrés à la santé soient utilisés de manière optimale ». La direction du CISSS des Laurentides se dit consciente que ces changements entraîneront plusieurs bouleversements au sein des équipes de l’établissement.

Rappelons que c’est à la suite de l’adoption de la Loi 10 que le CISSS des Laurentides a été créé le 1er avril dernier. Le CISSS regroupe 12 établissements de santé et de services sociaux publics de la région, soit les anciens CSSS, le Centre jeunesse des Laurentides, le Bouclier, le Centre du Florès, le Centre de réadaptation en dépendance des Laurentides et la Résidence de Lachute.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.