| Par lpbw

" Les citoyens qui m'interpellent me félicitent" -Germain Richer

PRÉVOST. Cinq conseillers qui quittent l’équipe du maire Germain Richer, pression du parti d’opposition pour que le maire démissionne, plainte pour harcèlement psychologique contre le directeur général, les tuiles s’accumulent à la Ville de Prévost et sur le premier magistrat.

Malgré tout, Germain Richer ne semble pas trop ébranlé et garde le cap.

« J’ai été élu de façon démocratique. Les citoyens qui m’interpellent me félicitent. Ils me disent: félicitations d’appuyer votre DG qui est un homme intègre, continuez à faire votre bon travail», rapporte-t-il au cours d’une conversation téléphonique avec le Journal Le Nord.

De l’argent…

Concernant la plainte pour harcèlement déposée par Odette Leduc, une ex-employée de la Ville de Prévost, contre le directeur général Réal Martin, le maire prend la défense de son directeur général.

« Tout ce qu’elle veut c’est de l’argent. Nous lui avons offert de réintégrer son poste. Ça fait huit ans qu’elle était à la Ville et tout d’un coup, elle est devenue victime. Ça ne marche pas. Il faut que quelqu’un allume quelque part», lance M.Richer.

Sur les ondes de TVA, Odette Leduc affirme que les employés devaient «obéir au doigt et à l’œil» au directeur général qui était un «dictateur», selon elle.

« Ce sont des prétentions, ce n’est pas la réalité», rétorque le maire.

Notons que, dans une lettre, le Syndicat des pompiers de Prévost a avancé que la direction générale a pour philosophie la gestion de l’intimidation.

Pour ce qui est du roulement de personnel important à la Ville de Prévost ces dernières années, M.Richer indique que ç’a toujours été le cas.

« Des employés arrivent à des fins de contrats, il y en a d’autres qui ont pris des décisions personnelles pour avoir un meilleur salaire ailleurs. Ça marche par cycle.»

Démission des conseillers

Par ailleurs, Germain Richer, qui est à la mairie depuis six ans, s’est dit très surpris de la démission des cinq conseillers municipaux de son parti. Ceux-ci reprochent au maire le manque d’informations qu’ils reçoivent.

« Si vous venez à la mairie, vous allez être surpris de voir tous les documents auxquels ils ont accès, c’est impressionnant», affirme-t-il, ajoutant que les documents thématiques ainsi que les dossiers de l’extranet sont disponibles pour consultation.

Il reproche à ces conseillers démissionnaires d’être "méchants" envers l’organisation de la Ville.

« Ils ont été élus pour gouverner et non pour gérer. Ils veulent gérer du personnel. Ce n’est pas leur rôle».

« Il y a des conséquences à leur acte et ils les assumeront», ajoute-t-il, se défendant du même coup de faire des menaces.

Le maire estime que cette situation ne changera rien au conseil municipal.

« Ils ont toujours été indépendants. Nous n’avions pas de ligne de parti et tout le monde avait droit à son opinion. Je ne veux pas de "suiveux".»

« Mensonges et diffamation»

Finalement, le maire Germain Richer a répondu au Parti Prévostois qui demande sa démission ainsi que celle du directeur général.

« Depuis 2000, ils ont toujours voulu avoir la tête du maire ou du DG. En 2000, les conséquences qu’il y a eu c’est que les citoyens ont payé un quart de million $ en frais judiciaires. S’ils continuent, ça sera encore les citoyens de Prévost qui vont payer».

Dans les derniers mois, le Parti Prévostois a critiqué notamment le manque de transparence et les problèmes de gouvernance du maire.

« Ce sont des mensonges et de la diffamation. C’est malheureux puisqu’ils nuisent à l’image de la Ville».

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.