| Par lpbw

Les chauffeurs d'autobus dénoncent l'inaction des commissions scolaires

DISCIPLINE. Les syndicats du transport scolaire des Laurentides ont dénoncé jeudi le manque de soutien des commissions scolaires concernant les problèmes disciplinaires dans les autobus.

Jacques Forgues et Michel Desroches, du syndicat des travailleurs et travailleuses des Autobus de La Diligence de Sainte-Adèle et Sainte-Agathe ainsi qu’Yves Richer, du syndicat des travailleuses et travailleurs de Trascobec-CSN, ont tour à tour lancé un cri du cœur aux commissions scolaires.

« L’inaction de celles-ci, en réponse aux innombrables rapports d’actes déplorables dénoncés par les conducteurs de véhicules scolaires lors du transport, démontre très bien qu’elles ne considèrent pas la sécurité des élèves, notre relève, comme une priorité à leur agenda», a clamé M.Richer devant des journalistes et des chauffeurs d’autobus réunis dans les bureaux de la CSN des Laurentides à Saint-Jérôme.

Celui-ci soutient que l’année scolaire a été insupportable pour plusieurs conducteurs et que les représentants syndicaux ne sauraient tolérer davantage «le laxisme des commissions scolaires et des écoles».

« L’année scolaire viendra bientôt à terme, mais un point de rupture a été atteint. L’an prochain, les travailleurs seront prêts à manifester leur mécontentement avec le soutien de la CSN et prendront les moyens que cela implique pour établir une situation sécuritaire pour tous», a affirmé M.Richer qui était au côté de la présidente du Conseil central des Laurentides Louise Jetté.

 

De pire en pire

Chauffeur d’autobus scolaire depuis 1978, Jacques Forgues a pu voir l’évolution de son métier au fil des ans.

« Je ne peux pas comprendre que c’est de pire en pire. Nous revenons comme quand j’ai commencé et qu’il n’y avait rien qui contrôlait et qui structurait le transport scolaire», explique-t-il.

« Nous n’avons aucun soutien des commissions scolaires», ajoute-t-il.

Ce dernier rapporte que d’autres régions ont de bien meilleurs résultats en ce qui a trait au problème de gestion de la discipline durant le transport scolaire.

« Le secret réside dans l’application directe et immédiate de la procédure disciplinaire».

 

« Une matière non négociable»

Même si les syndicats soutiennent qu’il y a une hausse marquée de la détresse psychologique chez les conducteurs, peu de travailleurs ont été en arrêt de travail cette année.

« Toutefois, à quel prix faisons-nous notre trajet ! s’est exclamé une conductrice. On se dit que l’année achève, on a des journées pédagogiques. Sans ces longs congés-là, je peux dire qu’il y en a plusieurs qui arrêteraient. Nous en avons besoin pour récupérer».

Le représentant syndical, Yves Richer, souhaite que le sort de ses membres s’améliore l’an prochain malgré le contexte d’austérité.

« Il est de notre humble avis que la sécurité routière est une matière non négociable, surtout lorsque cela concerne les enfants qui façonneront l’avenir de notre société».

 

Infractions dans l’autobus

– Braquer un révolver jouet

– Lancer de la nourriture

– Injurier et confronter le chauffeur d’autobus

– Sortir les bras et la tête de la fenêtre

– Sauter d’un banc à l’autre

– Se battre à l’arrière de l’autobus

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.