|

Les bacs bruns feront leur apparition à Prévost !

Par lpbw

RÉCUPÉRATION. Annoncée depuis maintenant huit mois, l’implantation de la collecte des bacs bruns aura lieu à compter du 2 mai prochain à Prévost.

«Les citoyens participeront collectivement à réduire de façon considérable les déchets en favorisant la valorisation de nos matières organiques par le biais du bac brun», a affirmé le maire Germain Richer en conférence de presse, mardi matin. La population pourra d’ici quelques semaines récupérer les résidus alimentaires et verts, le papier et le carton souillé ainsi que d’autres matières telles que les cendres froides, le cure-dents en bois, la litière et les excréments d’animaux. Les Prévostois recevront deux bacs, soit un mini-bac pour la cuisine et un bac brun roulant de 240 litres.

Pour le coordonnateur au service de l’environnement et du développement durable, Frédérick Marceau, la gestion des matières résiduelles est un enjeu «extrêmement important au Québec». Selon lui, chaque ménage de Prévost jette aux poubelles une tonne de résidus par année, soit l’équivalent d’une petite voiture. 50 % de ce qui est jeté sont des matières organiques pouvant aller dans le bac brun, rapporte M. Marceau qui se base sur des statistiques de l’organisme Recyc-Québec. «Si la moitié des ménages de Prévost récupéraient au moyen du bac brun la moitié de la matière organique, on aurait 1250 tonnes de moins d’ordures qu’on jetterait par année. Ce qui est considérable», indique-t-il. Pour cette première année, l’objectif est de récupérer 500 tonnes en huit mois.

Les Denis Drolet prônent le brun

Afin de promouvoir ce nouveau service, la Ville a fait appel au groupe humoristique les Denis Drolet qui a longtemps été associé à la couleur brun. «Malgré notre look un peu bûcheron et viking préhistorique, nous sommes des gars modernes qui pensent que le brun c’est l’avenir. Ça fait 15 ans qu’on prône le brun. On sait dans quoi on s’embarque!», a lancé Vincent Léonard, résident de Prévost.

Son inséparable collègue, Sébastien Dubé, a tenu à rassurer les citoyens inquiets de l’arrivée de ces bacs. «On s’identifie un peu aux bacs bruns. On fait peur au début. Tu te demandes: est-ce que je veux embarquer là-dedans. Finalement, tu te rends compte que tu peux l’apprivoiser et que c’est bien attachant. Il y a un beau parallèle à faire avec nous», a raconté l’humoriste pince-sans-rire qui habite à Saint-Jérôme.

Dans une capsule vidéo, les deux artistes donnent des trucs pour combattre les animaux, les odeurs, les mouches et les vers blancs. Notons que des panneaux mettant en vedette les Denis Drolet seront installés à Prévost dans le but de sensibiliser la population à l’utilisation du bac brun.

Informer les citoyens

Afin de répondre aux interrogations de ses citoyens, Prévost a mis en ligne un site web (www.vivelebrun.ca), distribuera un guide explicatif et un aide-mémoire et donnera quatre séances d’informations les 1er et 26 avril ainsi que les 14 et 26 mai à la salle St-François-Xavier. «Cela permettra aux gens de faire une transition facile et graduelle vers les bacs bruns», estime le maire.

Par exemple, la Ville tient à répondre aux interrogations des gens qui se demandent pourquoi ils devraient utiliser le bac brun s’ils utilisent déjà le compostage domestique. «Ça vient en complémentarité. C’est surprenant ce qu’on peut mettre dans le bac brun même si on fait beaucoup de compostage domestique», souligne Frédérick Marceau.

Trois règles simples

-Ça se mange (ou c’est une partie de quelque chose qui se mange)

-C’est en papier ou en carton (propre ou souillé, non ciré)

-C’est un résidu de jardin (sauf les branches).

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.