En achetant les Serres St-Laurent et la marque Savoura
|

Le roi de la tomate est à Sainte-Sophie

EMBLÈME. Après plusieurs mois de travail de restructuration faisant suite à l’acquisition de la marque de tomates Savoura par son entreprise Sagami, de Sainte-Sophie, Stéphane Roy peut dire «mission accomplie». Devenu – et de loin – le plus gros producteur de tomates au Québec, celui-ci n’a que des bonnes nouvelles à annoncer.

«Il fallait garder la marque Savoura au Québec,» dit Stéphane Roy, président-directeur général de Sagami. «C’est un emblème, une marque fleuron.» En plus de «sauver» la marque, créée en 1988 par les Serres du St-Laurent, l’achat de cette entreprise en difficulté financière, réalisé en avril dernier, a permis à Sagami de devenir un véritable empire de la tomate. «Avec 26 hectares en production, on se retrouve avec 20 hectares de plus que notre principal compétiteur,» explique monsieur Roy. Car s’ajoutant à celles de Sainte-Sophie et de Mirabel, les serres Sagami incluent désormais des installations situées à Saint-Étienne-des-Grès, Portneuf, Danville et Sainte-Marthe-de-Vaudreuil.

Parmi les tomates de Savoura, Stéphane Roy a sélectionné cinq variétés, «en se basant sur le goût et la teneur en brix, soit le taux de sucre.» Ainsi dès les prochains jours, les consommateurs pourront redécouvrir la Cerizo, la Cocktalio, la Tomatrio et la Vignato, de même que la Beef Savoura, lesquelles seront disponibles dans plusieurs chaines d’alimentation, entre autre Wal-Mart, IGA, Métro, Super C, Loblaws et Provigo Le Marché.

Restructuration

Un investissement de 5 millions$ et plusieurs mois de travail de restructuration ont permis à l’entreprise de remettre à niveau l’ensemble des installations. «Il nous reste à gagner la confiance des anciens employés de Serres St-Laurent,» dit monsieur Roy, qui comprend qu’«ils ont été sur le qui-vive pendant plusieurs mois, à cause des difficultés financières vécues par l’entreprise avant qu’on l’achète, sans oublier que Sagami a toujours été leur compétiteur.» Pourtant aucune coupure de poste n’a été annoncée, au contraire. «On est en train de créer un complexe de production en biologique qui va générer une cinquantaine de nouveaux postes à Sainte-Marthe.»

Un petit penchant pour le bio

Chez Sagami, il n’y a pas seulement les tomates Biologico, cultivées selon les normes biologiques depuis 2011, qui soient traitées aux petits soins par les jardiniers qui s’affairent dans les immenses serres où règne une ambiance de cathédrale. «On a toujours été proactif au niveau du contrôle biologique des ravageurs,» explique son président. Stéphane Roy privilégie l’utilisation de prédateurs, la récolte manuelle ou l’effeuillage sélectif pour les contrôler, autant dans sa production de tomates biologique que conventionnelle. Désormais étendues à l’ensemble des serres de la compagnie, ces pratiques, tout comme la présence de bourdons pour la pollinisation, ne pourront que renforcer aux yeux des consommateurs le gage de qualité que représente la marque Savoura.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.