|

Le maire Laroche rectifie les faits

Par lpbw

POLITIQUE. Dans la dernière édition du journal Le Mirabel, l’ancien maire de Saint-Hippolyte, Gilles Rousseau, dénonçait le manque d’expérience politique du candidat à l’élection partielle, Bruno Allard. Pourtant, l’organisation de Rousseau a tenté de le recruter comme conseiller municipal aux dernières élections en 2013, réplique le maire Bruno Laroche.

Celui-ci prend la défense de son candidat qui s’est impliqué dans le milieu scolaire pendant six ans, notamment à titre de représentant des parents à la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord. «Lorsque M. Rousseau a été élu maire, il n’avait aucune expérience en politique, réagit M. Laroche. M. Allard a plus d’expérience que lui avec le service aux citoyens», renchérit-il.

Notons que M. Rousseau n’a toujours pas décidé s’il présentera un candidat ou non à l’élection partielle. Lundi, il disait être toujours en réflexion.

Plus de commerces qu’avant

Dans l’article, M. Rousseau déplorait que «les commerces ferment les uns après les autres». Ce commentaire a fait sortir le maire Laroche de ses gonds. «C’est n’importe quoi! peste-t-il. Ce matin (mercredi), j’étais avec Sobeys et le dossier avance bien. Matério s’en vient avec une bâtisse de 20 000 pieds carrés de surface, il y a un gym qui ouvre bientôt. C’est le contraire de ce qu’il affirme».

S’il concède que certains commerces ont connu plus de difficultés, M. Laroche rapporte qu’il y a maintenant «plus de commerces qu’il y en avait à Saint-Hippolyte». «Les propos de M. Rousseau nuisent aux commerçants. Le message qu’il lance c’est: Ne venez pas à Saint-Hippolyte, tous les commerces ferment».

Le départ de Philippe Roy

Quant au départ du conseiller municipal Philippe Roy, le maire affirme que l’élu n’a pas quitté son poste à cause du report de l’instauration du bac brun ni à cause de la baisse de 20 % du budget 2016 qui devait être attribué à l’environnement. «Philippe a quitté son poste parce qu’il était fatigué et que sa conjointe prenait sa retraite. Il était rendu là. Je crois qu’il faut respecter sa décision», a répété l’élu qui tient à préciser qu’il n’y avait pas d’animosité entre M. Roy et lui. Ce dernier précise que la coupe de 20 % du budget en environnement est attribuable à la fin des inspections des installations septiques.

Notons que si plus d’une personne pose sa candidature au poste de conseiller municipal, une élection partielle se tiendra le dimanche 24 avril prochain. Un vote par anticipation aura lieu le 17 avril.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.