| Par Aurélie Moulun

Le Lavoir Jérômien modernisé et plus efficace

Grâce à un prêt de 2,1 millions de dollars, la buanderie Lavoir Jérômien a pu procéder à l’achat de nouveaux équipements afin d’automatiser sa production.

L’argent puisé dans les fonds propres d’Investissement Québec a permis à Stéphane Juteau, propriétaire du Lavoir Jérômien, de munir son entreprise de quelques nouvelles machines. Notamment, une « chaîne de finition pour draps d’hôtel et de deux plieuses de serviettes automatisées à la fine pointe de la technologie », peut-on lire dans un communiqué.

Propre et moderne

Au cours d’une conférence de presse, le 13 mai dernier, M. Juteau était plus qu’heureux de faire faire un tour du Lavoir à M. Youri Chassin, député de Saint-Jérôme. 

Les murs et les conteneurs d’un bleu éclatant contrastaient agréablement avec la tuyauterie de couleur bronze qui parcourait les murs du quai de réception. Plus d’une dizaine de conteneurs de serviettes et de draps soigneusement pliés étaient cordés de manière à laisser un bon espace de circulation. Chaque conteneur était d’ailleurs identifié selon son lieu de destination : Saint-Eustache, Place d’armes, Morency , etc.

Un mini concours de pliage de drap a même été organisé, que M. Juteau et M. Chassin ont remporté haut la main. 

Automatiser pour gagner en efficacité

Stéphane Juteau explique que la subvention lui a permis d’augmenter largement sa production. « Notre calandre produisait à peine 150 draps à l’heure avec trois personnes dans notre ancienne place, et ici on parle de 1 000 draps à l’heure, ce qui fait 8 000 draps en une journée », explique fièrement Stéphane Juteau. 

En ces temps de pénurie de main-d’œuvre, l’automatisation de certaines tâches s’avère plutôt avantageuse pour M. Juteau. « Juste la plieuse de petits morceaux pour les serviettes, ça fait le travail de quatre à cinq personnes. Là on a juste besoin de deux personnes. Même une et demie », souligne-t-il. 

Stéphane Juteau se compte chanceux d’avoir une belle équipe comme la sienne. Il est toutefois conscient des difficultés du marché concernant la recherche de main-d’œuvre. « C’est très difficile de bâtir une équipe ces temps-ci. Je suis chanceux parce que, ces dernières années j’ai voulu me bâtir un noyau dur, solide, mais c’est difficile de continuer à augmenter. » 

L’ambition fait la fierté du député

Le député de Saint-Jérôme, M. Youri Chassin, semblait très impressionné par les instal-lations du Lavoir Jérômien, et par l’ambition de son propriétaire. « Je trouve ça formi-dable que ce soit une entreprise familiale, où il y a une succession et où on dit ‘’on va emmener à un autre niveau l’entreprise’’ », déclare-t-il. 

M. Chassin s’est dit d’ailleurs très fier de la modernisation et de l’automatisation de l’entreprise. 

« Je suis ravi que nous puissions les aider dans cette étape qui leur permet d’offrir de nouveaux services adaptés aux besoins de leur clientèle. On souhaite que les entreprises de Saint-Jérôme continuent de croître et de propulser plus haut le dynamisme économique de notre communauté », a-t-il exprimé dans un communiqué.

Le propriétaire du Lavoir Jérômien prévoit déjà un projet dans un parc industriel avec la Ville de Saint-Jérôme, mais il n’a pas voulu donner plus de détails pour l’instant.   

Établie à Saint-Jérôme depuis 1989, Maintenance EMRIC a diversifié ses activités d’entretien ménager industriel et commercial en faisant l’acquisition, en juin 2015, du Lavoir Jérômien, une entreprise en fonction depuis 1967. L’ajout des services de buanderie industrielle lui a permis de connaître une croissance exponentielle, passant de cinq à plus de 40 employés en moins de six ans.

La buanderie Lavoir Jérômien, une division de l’entreprise Maintenance EMRIC, compte parmi ses clients plus d’une dizaine d’hôtels de Montréal et de Mont-Tremblant, plusieurs CHSLD du Groupe Champlain ainsi que le Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.