|

Le golf Bonniebrook en péril ?

Par Lpbw

Le conseiller municipal François Boyer s’oppose à la transformation du club de golf Bonniebrook en projet résidentiel.

Gilles Gareau, le propriétaire du Bonniebrook, a présenté au Comité consultatif d’urbanisme (CCU), le 8 juillet dernier, un plan projet de transformation du site pour en faire un domaine, nous explique le conseiller. Selon François Boyer, « le projet qu’il (le propriétaire) a présenté au Comité consultatif comporte en moyenne une centaine de terrains ce qui ferait qu’à long terme il n’y aurait plus de terrain de golf. »

« Ils signent la mort du terrain de golf »

Joint par téléphone, M.Gareau préfère ne pas commenter.

« J’ai parlé avec mon avocat, on ne donne pas d’entrevue là-dessus" dit-il, d’entrée de jeu.

"La seule chose que je peux vous dire c’est que la Ville est en train de changer le zonage du terrain de golf qui était zoné résidentiel depuis toujours pour le mettre parc récréotouristique à usage exclusif d’un golf. Ce qui va nécessairement entraîner la fermeture du terrain de golf. Je me finance sur la valeur du fonds de terrain, » soutient le propriétaire du golf.

« Il faut savoir que les terrains de golf ne vont pas bien, poursuit-il. J’ai déposé un plan projet pour m’assurer que ce zonage (résidentiel) reste. On m’a court-circuité. Il va y avoir une poursuite qui va être proportionnelle au manque à gagner qu’ils auront fait. Ils signent la mort du terrain de golf ! » laisse tomber le propriétaire avant d’ajouter « S’ils veulent (les membres du conseil municipal) le zoner «parc», qu’ils veulent l’exproprier ou qu’ils veulent l’acheter et qu’ils veulent l’opérer, qu’ils le fassent ».

Patrimoine à préserver

« Le golf Bonniebrook ne peut devenir un projet résidentiel, » soutient de son côté le conseiller Boyer. « Le golf Bonniebrook fait partie du patrimoine de Saint-Colomban et il n’est assurément pas souhaitable qu’il puisse être transformé en y bâtissant plusieurs maisons partout sur sa surface de jeu. J’ai d’ailleurs proposé au conseil municipal l’adoption d’une modification à notre réglementation, qui a été dûment votée, afin de protéger ce golf d’un changement de vocation.

Cette position est celle des citoyens et c’est celle que j’ai défendue au sein du conseil, »affirme François Boyer.

« Les propriétaires résidants aux abords du golf font partie du district électoral et des personnes que je représente au sein du Conseil municipal et celles-ci ne souhaitent nullement une telle transformation de leur environnement et de la propriété qu’ils ont acquise. Ces propriétaires se sont acheté une résidence aux abords d’un golf parce qu’ils appréciaient ce type d’environnement, s’ils avaient souhaité vivre dans un autre type de projet résidentiel, ils ne se seraient pas offert une résidence sur le parcours du golf Bonniebrook", poursuit le conseiller.

« J’ai eu l’information par le conseil consultatif et j’ai parlé à certains membres du conseil, ils étaient unanimes et n’étaient pas d’accord à voir disparaitre le terrain de golf qui est centenaire. » De fait, le conseiller, membre de l’Option Citoyenne, veut amener la municipalité à entreprendre immédiatement les démarches nécessaires auprès du ministère de la Culture visant à faire reconnaître le golf et l’ancestrale chapelle comme étant un élément du patrimoine à préserver tant au provincial qu’au fédéral. Un golf qui existe depuis 1927 et que le propriétaire gère depuis 1987.

Le processus suit son cours

Le 9 juillet dernier le conseil municipal a adopté une demande de modification de zonage (pour un zonage récréatif) et ce pour protéger l’espace de jeu du golf Bonniebrooke. « Il s’agit d’un premier règlement, le suivant sera présenté au conseil du mois d’août. Pour toute modification de zonage, la loi nous oblige ensuite à faire une publication dans les journaux locaux ce qui va amener, s’il y a des gens qui ne sont pas d’accord, à une demande référendaire. La publication devrait techniquement se faire au mois de septembre. La MRC de La Rivière-du-Nord doit aussi donner son autorisation de modification, » précise François Boyer.

D’après Mr. Boyer le propriétaire avait déjà développé une zone résidentielle autour du terrain et « il s’est rendu compte que son espace de jeu était dans le même zonage que le développement résidentiel qui entoure cet espace. Comme il fait moins d’argent avec le terrain à vocation golf il a donc décidé de faire une demande pour ouvrir des plans projets sur l’espace de jeu pour le modifier en terrain résidentiel. »

Les deux terrains de golf de Saint Colomban cumulent 45 trous, dont 18 trous au Golf Bonniebrook.

De son côté, le chef de l’Option Citoyenne, Jean Dumais approuve et salue la position du candidat François Boyer et souligne que le programme électoral de son parti contiendra des mesures visant à encadrer davantage le développement effréné que connaît actuellement Saint-Colomban.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.