|

Le CITL fait marche arrière pour le transport adapté

Par Lpbw

RÈGLEMENT. L’étudiant de Mirabel atteint de paralysie cérébrale qui dénonçait la fin du service de transport adapté aura finalement accès à un taxi pour se rendre à ses cours à l’Université de Montréal.

Dans l’attente d’une réforme du transport collectif dans la région de Montréal, le Conseil intermunicipal de transport des Laurentides (CITL) a décidé de faire marche arrière dans ce dossier.

«On sursoit à la décision jusqu’à la mise en place de cette réforme. Si jamais, il n’y a rien qui change, on va peut-être revenir à la décision qu’on avait prise», explique Marie-Michelle Crevier, porte-parole du CITL.

Le président du CITL Pierre Charron et le ministre du Transport Robert Poëti se sont parlé, rapporte-t-elle. « Nous avons vu une ouverture. Des changements pourraient être apportés au financement du transport adapté une fois que cette nouvelle structure sera mise en place».

Une belle victoire

Pour Marc-André Laurier-Thibault, il s’agit d’une belle victoire. L’étudiant de 33 ans qui a de la difficulté à marcher a décidé d’agir à la suite de la décision du CITL de mettre fin au transport adapté hors territoire outre que pour des rendez-vous médicaux. Il a contacté les élus locaux et les médias en plus de publier sur Facebook une vidéo dénonçant cette décision.

«Mes gestes ont porté ses fruits. Ma vidéo sur Facebook a été vue 60 000 fois et j’ai reçu de nombreux messages. La population s’est rangée derrière la cause que je défendais. Comme citoyen, on est prêt à payer pour ça», raconte M. Laurier-Thibault.

Jeudi, l’étudiant a eu une conversation téléphonique avec le ministre Poëti. «Il était très content que le dossier se règle. Il voulait que ça se règle, c’est pour ça qu’il a pris le temps d’appeler le président du CITL. Il m’a assuré de son soutien», rapporte-t-il.

Comme lors de la dernière session, le Mibellois pourra profiter du transport adapté le samedi et le lundi.

Content de ce revirement de situation, il continuera de se battre pour l’accessibilité au transport adapté.

«J’aimerais que les journées soient un peu plus mobiles. Ce n’est pas toujours garanti que je peux avoir des cours le samedi et le lundi. Toutefois, jusqu’à maintenant ç’a bien été», termine-t-il.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.