|

Le CDESL lance un appel aux compromis à la CSSRDN

Par Luc Robert

Le directeur général du Conseil du Développement de l’Excellence Sportive Laurentides (CDESL), M. Christian Côté, lance un appel au compromis dans le dossier des programmes sportifs au Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord, dont le transport ne sera graduellement plus offert aux étudiants.

L’organisme soutient le développement sportif des athlètes et les entraîneurs, tant individuellement qu’en groupes. « Je considère qu’il y a un très grand paradoxe, dans le dossier des programmes sportifs régionaux au CSSRDN. D’ailleurs, nous avons été interpellés à de nombreuses reprises dans ce dossier. Il y a d’excellents programmes à la CSSRDN, mais on ne simplifie pas le travail des organisateurs », a souligné M. Christian Côté.  

« On a rencontré l’école Saint-Stanislas, pour voir de quoi il en retournait pour 2023. Ils vont gérer le transport. Le CSSRDN a-t-il pensé convoquer les parents pour trouver des solutions communes ? Pas juste transférer la responsabilité des programmes aux écoles secondaires de quartiers ? », a-t-il questionné tout-haut.

Subventions

Le CDESL recevra lui, sur une période de 4 ans, plus de 1,1 M$ en subventions provenant du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, ainsi que des MRC de la région. La MRC Rivière-du-Nord accordera 137 632 $, pour aider les jeunes sportifs. 

« Les programmes vont au-delà de l’élite. Ils gardent nos jeunes actifs et loin du décrochage. » – Christian Côté

« Nous accompagnons les athlètes et les entraîneurs de certains programmes de la CSSRDN, notamment le programme sport-études de la Polyvalente Saint-Jérôme et plus récemment, les programmes sportifs (profils) de l’École Saint-Stanislas. Alors que deux paliers de gouvernement investissent dans la jeunesse sportive étudiante, on se demande s’il y a un désengagement au milieu sportif. Ça va prendre des moyens facilitant le transport, une certaine transition. Il semble y avoir une incohérence dans le fait d’abolir le transport, mais de transférer la gérance à chaque école secondaire du CSSRDN », a-t-il évoqué.

Motivation pour les jeunes

M. Christian Côté, directeur général du Conseil du Développement de l’Excellence Sportive Laurentides.

M. Christian Côté, directeur général du Conseil du Développement de l’Excellence Sportive Laurentides. (Crédit photo: CDESL)

M. Côté ajoute que d’autres régions envient Saint-Jérôme de pouvoir offrir des programmes régionaux, sportifs, informatiques et musicaux. « Les programmes vont au-delà de l’élite. Ils gardent nos jeunes actifs et loin du décrochage. Il faut contribuer à la pérennité des programmes régionaux en place. D’autres centres scolaires nous envient. Dans la MRC Antoine-Labelle, ça n’existe pas. Les jeunes descendent au sud pour pratiquer des sports scolaires, entre autres. On comprend la réalité du CSSRDN, face aux enjeux budgétaires, mais contribuons à la pérennité de nos profils scolaires », a-t-il scandé.

M. Côté a étoffé son plaidoyer envers les jeunes. « Quand les décideurs régionaux, dont Mirabel, choisissent le sport comme vecteur de mobilisation, afin que le sport devienne, pour la jeunesse, la motivation pour qu’ils atteignent leurs objectifs, sportifs ou scolaires, c’est signe qu’ils y croient. »

Le civil

Au Québec, plusieurs dirigeants cherchent la façon d’intégrer davantage de sports à l’école. « Plusieurs programmes scolaires se targuent d’offrir un meilleur encadrement que les organisations civiles, pour les jeunes athlètes. […] Alors qu’on tente de développer davantage le sport scolaire, n’est-ce pas un recul important de fermer ou limiter des programmes qui, pour la plupart, fonctionnent bien ? Il y sûrement d’autres solutions à envisager, avant de tirer la plug complètement ! […] Si on tient pour acquis qu’on est là pour les jeunes, la réponse me semble évidente », a-t-il conclu.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.