Michel Jetté
|

La ferme Jetté de Mirabel: deux générations en bio

AGRICULTURE BIOLOGIQUE. Le 28 août dernier, l’organisme Équiterre était de passage à Mirabel pour la visite des Serres Michel Jetté et Réjeanne Huot, en compagnie de représentants du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Plusieurs agriculteurs, jardiniers urbains, étudiants, venus d’un peu partout dans la province, étaient également de la partie afin de profiter de la visite guidée. À titre de précurseure dans le monde du bio, la ferme Jetté est un exemple à suivre pour plusieurs.

«La ferme Jetté était l’une des cinq fermes participantes, dès la première année des paniers biologiques de Réseau des fermiers de famille», disait Gaëlle Zwicky, responsable du dossier chez Équiterre. Et, preuve de l’engouement pour l’achat local et le biologique, «vingt ans plus tard, on est rendu à une centaine de fermes participantes.»

La ferme Jetté fait présentement l’objet d’une étude du MAPAQ sur la culture des poivrons en serre. On y expérimente des techniques d’arrosage, de taille, afin d’analyser les résultats en termes de productivité. L’objectif du MAPAQ sera d’émettre ensuite des recommandations à l’ensemble du monde agricole. «Les Jetté ont de bons résultats, car ils sont ouverts à essayer de nouvelles choses», disait Lucie Caron, agronome du MAPAQ. «Par exemple, ils ont été parmi les premiers à utiliser des prédateurs.» Partager leurs connaissances ne leur fait pas peur non plus. «Je vois ça comme de l’avancement pour le bio», dit Michel Jetté.

Expropriée puis rachetée

La ferme des Jetté a toute une histoire. Ferme familiale de génération en génération, le lieu avait été exproprié pour la construction de l’aéroport de Mirabel, puis racheté par la famille, dix ans plus tard. Depuis 36 ans, Michel Jetté et Réjeanne Huot en cultivent la terre, mais il y a 20 ans, ils ont pris le virage bio. «À force d’entendre les recommandations de prudence qui allaient avec l’épandange des pesticides et autres produits chimiques, on s’est rendu compte qu’on n’osait plus donner nos propres concombres à manger à nos enfants! On s’est dit qu’on allait pas vendre ça au consommateur non plus!» dit Réjeanne Huot.

Déjà une relève pour la ferme

Adhérant immédiatement au projet du Réseau des fermiers de famille mis sur pied par Équiterre, les Jetté ont livré des paniers pleins de beaux légumes biologiques à leurs partenaires toutes les semaines depuis tout ce temps. Impossible que leur fille fasse autre chose de sa vie. «C’est ma vocation», dit-elle des étoiles plein les yeux.» Il y a dix ans maintenant, Marie-Claude Jetté a fondé sa propre ferme, les Bons-bons légumes bio, à même la terre de ses parents. Elle livre aussi près de 200 paniers bios. «C’est idéal pour moi», raconte-t-elle. «Chaque semaine, c’est mon bonbon de rencontrer les clients. Je me considère très privilégiée de faire ce métier que j’ai appris de mes parents.»

Les parents Jetté ont fait leur dernière saison de paniers dans le cadre du Réseau des fermiers de famille cette année. Leur quarantaine de variétés de fruits et légumes biologiques sera désormais écoulée en gros et vendue directement à la ferme, tous les samedis entre 9 h et 5 h. La ferme des Jetté est située au 4813, Sir Wilfrid-Laurier, à Mirabel.

Quant à Marie-Claude Jetté, elle invite ceux qui voudraient tenter l’expérience à la contacter. «Il reste quelques semaines de livraison pour les paniers d’été et puisque c’est l’époque des récoltes, ce sont les plus fournis!» C’est également le bon moment de s’inscrire aux paniers d’hiver de la ferme.

Le Réseau des fermiers de famille dans la région

Malgré la présence de nombreuses fermes maraichères dans le secteur de Mirabel, la région de Saint-Jérôme est plutôt sous-représentée du côté biologique, comme d’ailleurs l’ensemble des basses-Laurentides.

Au sud de Saint-Sauveur, outre la Ferme Belle roche de Brownsburg-Chatham, il n’y a que la ferme des Bons Bons légumes bio de Marie-Claude Jetté qui participe aux paniers du Réseau des fermiers de famille d’Équiterre. On trouve, au nord, la Ferme Morgan, de Montcalm, la Ferme aux petits oignons, de Mont-Tremblant, ainsi que Les Jardins bio du solstice et la Ferme Gastronomique chez Anouk, de Mont-Laurier, qui produisent des paniers. Heureusement, la Ferme de la colline de Labelle livre ses paniers à Saint-Jérôme, tout comme la ferme des Bons Bons légumes bio de Mirabel.

En plus de permettre aux familles de se nourrir sainement, le système de paniers du Réseau des fermiers de famille assure un revenu stable aux agriculteurs participants, tout en favorisant une relation directe entre fermier et consommateur.

Les paniers, composés en fonction des récoltes de la saison, contiennent 6 à 12 sortes de légumes frais certifiés biologiques. Ils sont livrés aux partenaires chaque semaine à divers points de chute. Pour une saison entière d’une vingtaine de semaines, on peut évaluer le coût d’un partenariat avec une ferme à environ 340$. À noter que certaines fermes offrent également des paniers d’hiver.

Les coordonnées des points de livraison se trouvent sur le site d’Équiterre, au www.equiterre.org.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.