|

La collecte des bacs bruns connaît du succès

Par lpbw

ENVIRONNEMENT. Un peu plus d’un mois après son implantation, la collecte des bacs bruns dépasse les attentes à Prévost.

Au cours de ce premier mois, les Prévostois ont amassé 157 tonnes de matières putrescibles, ce qui représente un peu plus du tiers de l’objectif de 500 tonnes fixé pour 2016.

«Le tonnage augmente considérablement chaque semaine depuis l’instauration de la collecte et la volonté des citoyens de s’impliquer dans cette nouvelle gestion de matières rend justice à notre campagne d’information», se réjouit Frédérick Marceau, coordonnateur à l’environnement et au développement durable à la Ville de Prévost.

«Cet enthousiasme face à cette nouvelle collecte démontre sans aucun doute la volonté des citoyens d’adopter un mode de vie axé sur le développement durable», indique pour sa part le maire Germain Richer.

Les commerçants embarquent

En plus des citoyens, onze commerces, six restaurants, l’école Val-des-Monts, les bureaux municipaux et les camps de jour de la Ville participent à la collecte chaque semaine.

«Ce dont nous sommes le plus fiers, c’est la participation de l’école primaire Val-des-Monts où chaque classe possède son petit bac et où tous les restes de dîners et de cafétéria sont envoyés au bac brun», affirme Mme Marceau.

Pour plus d’informations, les résidents peuvent visiter le site Internet www.vivelebrun.ca

Un consultation à Saint-Hippolyte

De son côté, Saint-Hippolyte a tenu une séance de consultation publique lundi sur l’implantation en mai 2017 de la collecte des matières organiques. Selon la Municipalité, 70 citoyens se sont déplacés pour cette rencontre. Certains citoyens se sont interrogés sur les raisons d’être d’une telle démarche. Geneviève Simard, directrice de l’environnement de la Municipalité, a répondu que plusieurs matières, acceptées dans la nouvelle collecte, ne pourront se retrouver dans le compostage. «Il importe de rappeler que le composteur domestique ne peut, par exemple, recevoir viandes, poissons, gras et produits laitiers», a-t-elle indiqué.

Celle-ci a également rappelé l’objectif principal que doivent atteindre les municipalités. «Avec la nouvelle politique québécoise, nous devrons bannir de l’enfouissement les matières organiques d’ici 2020. Comme cette échéance arrive à grands pas, il importe d’intégrer dès maintenant ces nouvelles habitudes à notre gestion des matières résiduelles».

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.