| Par lpbw

"Jamais je ne vais laisser des gens s'attaquer à nos institutions"- Stéphane Maher

POLITIQUE. Il n’y aura finalement pas de référendums concernant l’aménagement de cases de stationnement de deux importants projets dans le centre-ville de Saint-Jérôme.

Lors du conseil municipal, les élus ont choisi de retirer le règlement de zonage des aires de stationnement dans le cadre de l’agrandissement du Cégep ainsi que de la salle de spectacle. Ces projets étaient contestés par des citoyens.

" Les demandes de référendums mettent les projets à risque, a mentionné le maire Stéphane Maher, dès le début de la séance du conseil. Le Cégep est en cellule de crise. Les travaux devaient débuter la semaine dernière, mais ils ont été retardés à cause de la demande de référendum".

Selon M.Maher, si un référendum s’était tenu, le projet d’agrandissement aurait pu être reporté d’une année. " Pour une année, c’est 100 000 $ de taxes qu’on perd", a-t-il affirmé.

Cette incertitude a suscité de vives réactions chez les gens d’affaires. " Il est incompréhensible pour la Chambre de commerce et les entreprises qu’elle représente de songer à retarder et mettre en péril la venue d’attraits qui sont indispensables à la survie commerciale du centre-ville", a déclaré Denis Rocheleau, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Jérôme, lors de la période de questions.

Le propriétaire du Soleo Anthony Acena a abondé en ce sens, ajoutant que la salle de spectacle, dont la construction devait débuter au mois d’août, est vouée à être le moteur économique du centre-ville.

Le premier magistrat a tenu à les rassurer et a, du même coup, mis en garde certains citoyens. "Comme maire de Saint-Jérôme, jamais je ne vais laisser des gens s’attaquer aux institutions de Saint-Jérôme. Jamais ! Attaquez-vous à moi, à ma formation politique, mais ne vous attaquez jamais à nos institutions. Quand je dis jamais, c’est jamais. C’est irresponsable !" a-t-il lancé sous les applaudissements nourris de la salle bondée de l’Hôtel de région.

Avec le retrait de ces règlements, la réalisation de ces projets reste incertaine.

 

Parc Melançon

Le projet d’aménagement de places de stationnement au parc Melançon a également suscité bien des réactions à l’assemblée municipale.

Au micro, Caroline Brien, coordonnatrice de la campagne "Revitaliser le parc Melançon" a demandé au maire Stéphane Maher s’il persistait "toujours à ne pas faire de consultation publique" dans ce dossier.

La réponse du maire a été claire: "Il n’y aura aucun changement au parc Melançon tant et aussi longtemps qu’on n’ait pas eu une réflexion ensemble (la population)".

M.Maher s’est dit très sensible aux commentaires des citoyens et a affirmé qu’il était un maire à l’écoute.

Il n’a toutefois pas apprécié la sortie publique dans les médias de Mme Brien.

" Arrêtez de faire des affirmations gratuites et de prétendre qu’on va couper des arbres. On ne fait rien parc Melançon, on va rencontrer les gens cet automne" a affirmé le maire qui semblait un peu agacé.

Il a ajouté qu’aucune construction n’était prévue bientôt.

 

Une pétition de 1 478 noms

Caroline Brien a profité du conseil municipal pour déposer une pétition de 1 478 signatures. Elle en a fait la lecture devant la salle bondée de l’Hôtel de région.

" Nous réclamons que l’ensemble du parc Melançon soit entièrement revitalisé. Nous ne sommes pas opposés à l’ajout de quelques dizaines de cases de stationnement, mais nous refusons catégoriquement que des centaines de cases soient construites. Tout l’espace gazonné incluant le terrain de baseball doit demeurer un espace vert, convivial, au service des citoyens". Les signataires demandent également qu’il y ait un module de jeu, des jeux d’eau, un banc de parc et des tables de pique-nique.

Le maire a invité tous les signataires aux rencontres de réflexion l’automne prochain en marge d’une discussion autour du futur Quartier des arts et du savoir.

Il a également mentionné que si le projet de construction de cases de stationnement au parc Melançon est annulé, le Ville mettrait en place son plan B dans le centre-ville. M.Maher n’en a pas dit davantage sur ce plan.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.