Stéphanie Vallée, ministre de la Justice et procureure générale.

| Par France Poirier

Du soutien pour les victimes d’actes criminels

Laurentides

Pour permettre au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) des Laurentides de poursuivre ses activités, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre responsable de la région des Laurentides, Christine St-Pierre, annonçait le soutien financier de 1 169 060 $ pour l’année 2018-2019.

Cette somme, qui provient du Fonds d’aide aux victimes d’actes criminels (FAVAC) s’inscrit dans l’investissement de 26,7 M$ annoncé le 30 juillet dernier par la ministre de la Justice et procureure générale du Québec, Stéphanie Vallée.

« C’est le montant qui nous est octroyé annuellement pour nous permettre d’exister et de poursuivre notre travail d’aide auprès des personnes victimes d’actes criminels », souligne Danielle Giroux, directrice du CAVAC des Laurentides.

Soutien aux victimes d’agressions sexuelles

Par ailleurs, à la suite du mouvement #moi aussi, le gouvernement Couillard avait annoncé en décembre 2017 une aide supplémentaire pour soutenir les victimes d’agressions sexuelles. « Pour notre organisation, le montant octroyé nous permet d’embaucher une personne supplémentaire comme agent de liaison en violence sexuelle », a ajouté Mme Giroux. Rappelons que les CAVAC offrent des services confidentiels et gratuits aux victimes et à leurs proches ainsi qu’aux témoins d’actes criminels. Parmi les mesures d’aide qu’ils leur offrent, notons le service d’accompagnement au sein du système judiciaire, l’information sur les droits et recours des victimes, les services d’intervention de nature post-traumatique et psychosociojudiciaire ainsi que l’orientation vers des ressources spécialisées.

« L’amélioration du soutien offert aux victimes d’actes criminels est une cause qui me tient à cœur. Je suis convaincue que le financement que nous octroyons aujourd’hui au CAVAC de la région des Laurentides favorisera des services toujours plus accessibles et un meilleur rétablissement pour les personnes qui ont été victimes d’actes criminels », soulignait Stéphanie Vallée, ministre de la Justice et procureure générale.

Information complémentaire

L’investissement annoncé provient du FAVAC. Ce fonds a été institué au ministère de la Justice du Québec en 1988. Ses revenus proviennent principalement de sommes perçues à la suite d’infractions aux lois pénales québécoises et au Code criminel, ainsi que de sommes liées au partage des produits de la criminalité.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.