|

Des descendants des expropriés veulent racheter leurs terres

Par lpbw

MIRABEL. Près d’un demi-siècle après l’expropriation des terres par le gouvernement fédéral près de l’aéroport de Mirabel, le dossier n’est toujours pas réglé.

Réunis dans une salle de Sainte-Scholastique jeudi soir, les descendants des expropriés ont demandé à ce que les terres qu’il reste à vendre – environ 1000 acres- leur soient vendues en priorité, ce qui ne semble pas être le cas présentement.

Dans une lettre envoyée par Transport Canada datant du 26 mai 2014 et lue à voix haute par Marcel Denis, président de l’UPA Sainte-Scholastique-Mirabel, il est écrit que les propriétés seront offertes en priorité aux ministères fédéraux, aux sociétés d’État mandataire, ainsi qu’aux administrations provinciale et fédérale pour des fins publics. Ensuite, les propriétés seront offertes au grand public.

«Nous sommes en droit de prendre possession de ces terres-là avant tout le monde. C’est notre droit !» a fulminé Marcel Huot, un descendant d’un exproprié.

«Quand ils disent qu’ils vont les vendre à n’importe qui, ça n’a aucun sens. Il faut continuer le combat pour récupérer ces terres-là. Le dossier n’est pas réglé», a poursuivi Albert Gingras, dont le père était propriétaire d’une ferme laitière avant que le gouvernement décide de construire un aéroport.

11 000 acres de terre

En décembre 2009, le premier ministre de l’époque Stephen Harper, annonçait la rétrocession de 11 000 acres de terre aux détenteurs de baux. Les années suivantes, ceux-ci ont pu racheter les terres qui avaient été expropriées en 1969.

Il reste à ce jour un peu moins de 1000 acres de terre non loués. «Le programme s’est terminé le 31 mai 2013 et à ce moment-là j’ai reçu une lettre pour m’informer qu’il procédait à la vente des terres non louées», raconte M.Denis.

Ce dernier a demandé plus d’explications à Transport Canada.

«Ils m’ont dit qu’au lieu de dire qu’il y a eu 11 000 acres de vendus, ça sera 10 000 acres. C’est un non-sens.»

Un appui du député

Les descendants des expropriés peuvent compter sur l’appui du député de Mirabel Simon Marcil. « Je veux que les terres vous reviennent, a-t-il lancé lors de l’assemblée. Ce n’est pas juste une question de propriété terrienne, c’est une question de principe».

Le député bloquiste souhaite que le premier ministre Justin Trudeau vienne s’excuser. «Ça ne changera peut-être pas grand-chose, mais au moins, il doit admettre l’erreur. Je pense que c’est important».

Rappelons qu’en 2006, Stephen Harper avait affirmé que le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau avait commis une «erreur historique» et «un acte horrible envers la population de Sainte-Scholastique».

M.Marcil a promis de talonner le ministre des Transports Marc Garneau. «Ça m’enrage ! Je veux qu’on règle le dossier et je veux vous aider le plus possible».

Selon Marcel Denis, la Ville de Mirabel appuie les démarches des descendants des expropriés.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.