| Par Daniel Calvé

CHSLD Louise Faubert à Saint-Jérôme : Une préposée dénonce un roulement des résidents

Une préposée aux bénéficiaires travaillant au CHSLD Louise Faubert à Saint-Jérôme dénonce, sous l’anonymat, un manque d’information et un roulement de résidents qui inquiètent de plus en plus le personnel.

 

« On est rendu avec 9 isolations au premier [étage], 3 isolations au 2e et 5 isolations au 3e je crois [au moment où on se parle, soit le 2 avril]. Il y a un mois, on n’en avait pas du tout. Mais je ne peux pas vous dire que c’est la Covid-19 qu’ils ont, ils ne nous tiennent pas au courant. Je sais que certains ont été testés et attendent les résultats, certains arrivent de l’extérieur, certains reviennent de l’hôpital. Mais on ne sait pas si quelqu’un a été testé positif. […] Moi, c’est par hasard que j’ai entendu les infirmières jaser. Une avait besoin de détails sur des informations d’un résident pour de la médication, et c’est à ce moment-là qu’elle a su qu’il était en attente pour un résultat du test pour la Covid-19. On n’était même pas au courant. »

Elle poursuit : « La semaine dernière [semaine du 23 mars], on a reçu une nouvelle résidente. Cette fin de semaine [28 et 29 mars], on en a reçu une autre, puis une nouvelle hier [1er avril]. Le gouvernement dit de ne pas entrer, de ne pas sortir, de ne pas avoir de visites, mais nous, on reçoit des résidents à l’appel. Je ne comprends pas pourquoi ils prennent encore des résidents qui viennent de l’extérieur, qui viennent d’autres centres ou qui viennent directement de l’hôpital. »

Est-ce que cela vous inquiète pour votre santé? « Oui. C’est inquiétant pour la santé de toute le monde. Certains avec qui je travaille ont des enfants à la maison. C’est aussi inquiétant pour la santé des autres résidents. »

Pour l’instant, la préposée affirme que le CHSLD ne manque pas de matériel médical et que les mesures d’hygiène sont bien mises en place. « On a l’équipement pour se protéger. N’empêche que nous, les préposées, on ne peut pas garder une distance de deux mètres. C’est toi qui les laves, c’est toi qui les changes, c’est toi qui les tournes. » La dame affirme qu’il manque aussi de personnel. Elle travaille pour sa part entre 40 et 48 heures par semaine présentement. « Si je voulais, je pourrais faire 100 heures par semaine. Il manque des filles. »

« Il faudrait qu’ils arrêtent de faire entrer de nouveaux résidents et qu’ils nous tiennent au courant de ce qui se passe. Il faudrait que ça s’arrête parce que ça devient inquiétant pour tout le monde », conclut-elle.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

5 Comments

  1. Louise Labelle

    Il faudrait que cette employée ou que votre journal transmettiez l’information au gouvernement…C’est inadmissible!

    Reply
  2. anonymat

    La contamination des CHSLD vient des patients qui étaient dans des hopitaux contaminés et qu’ils sont transféré dans des CHSLD

    Reply
    • anonyme

      Il faut aussi arrêter de promener les résidents d’un département à l’autre

      Reply
  3. Puce

    J ais travailler a cette endroit des le debut de sont ouverture en mars 2018 et j ose essayer d imaginer les patient surtout au 2e etage ou ils etaits pratiquement changer de culottes 1x par jour jy travaillais de nuit et des mon debut de quart de travail a 23:30 h ya la moitier de l etage qui etait a la flotte je devais changer mis une dizaine de lit des mon arriver car les beneficiaires n avais pas ete changer depuis je ne sais quel heures et sa sans avoir recu aucune toilette partielle car on pouvait savoir ce quil avait manger au souper la nouriture secher a la figure ce centre la ces pas a cause de la pendemie que les soin d higienne sont desuet c est depuis sont ouverture et le personelle on une grande par de responssabilitee dans tout ca car les fille quon n ont pas leur place au pret des ainees et bien dans l etablissement comptent 3 etage bein je peux vous dire s il yen a 1 par etage qui aporte les soins prodiguer au beneficiaires ces beau je me suis vue couvrir les 3 etage a moi seul et une auxiliaire et je peux vous dire qua 6:30 le matin tts les patients etais propre avec une culotte seche si les preposees lachait d avoir leur regard dans leures cellulaire et a la bonne place sur les personne elles aurrait moin de temp a sareter et chialer contre le manque de personelles et pourait effectiuer un travail conssencieux et tout le mondes en sortirait grandis donc sil s occupait des patients comme elle s occupe de leurs cellulaire imaginer comment tout les patients de tout les chsl serait traiter comme elles et ils le devrait voila confisquer leurs cell a l entrer d un quart vous verrer bien ce que sera la performance sur le plancher

    Reply
  4. Sara

    Oui c’est vrai quand quelqu’un tombe malade ils ne dit rien du tout au personnel, il manque beaucoup d’organisation je travaillais pendant 2 ans et c’est l’enfer la direction ne t’écouter pas. Je quitte la compagnie parce que je travaillais avec quelqu’une qui ne fonctionne pas.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.