| Par lpbw

« Ça fait longtemps que Denis Coderre voulait prendre le contrôle de ça, il va l'avoir !» – Stéphane Maher

TRANSPORT. Réagissant à l’abolition prévue de l’AMT et à la mise en place de deux nouvelles structures, l’Agence régionale de transport (ART), du côté de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et le Réseau des transports métropolitains (RTM), le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, estime qu’il s’agit d’une très bonne nouvelle. Néanmoins, il se questionne sur le financement du Réseau des transports métropolitains (RTM).

« Je suis très content, c’est une très bonne nouvelle », nous affirme le maire de Saint-Jérôme, nous expliquant qu’actuellement l’AMT n’est redevable de personne. « On n’avait accès à aucune information. On n’avait aucun moyen d’intervenir. »

«Alors que l’Agence régionale de transport (ART) va couvrir la CMM, le Réseau des transports métropolitains (RTM) va s’occuper de tout le reste du Québec, précise le maire. La bonne nouvelle, c’est que des élus vont être aux postes des conseils d’administration. On va pouvoir avoir notre mot à dire sur les stratégies globales des deux entités, c’est la grosse différence!» se réjouit Stéphane Maher.

Des craintes cependant

Néanmoins, Stéphane Maher reconnaît que « l’ART va avoir le maire de Montréal, Denis Coderre et tout son poids. Donc, de toute évidence, va avoir beaucoup de pouvoir. Le démantèlement de l’AMT, c’est pour rendre service à Montréal aussi, on ne se le cachera pas. Ça fait longtemps que Denis Coderre voulait prendre le contrôle de ça, il va l’avoir !» Selon lui la question est : « Est-ce qu’il va rester des sous pour la deuxième structure, le RTM? J’ai des craintes énormes.» Par ailleurs, toujours selon le maire de Saint-Jérôme, cette nouvelle structure devrait permettre d’unifier la tarification, ce qui est une bonne chose. « On va pouvoir avoir un tarif pour tout le monde. Actuellement il y a plus d’une centaine de tarifs au Québec.»

Du côté de l’AMT, Nicolas Girard, le président-directeur général, quand questionné par le Journal Le Nord quant à l’avenir de l’Agence nous répond que «L’AMT va collaborer à s’assurer qu’il y ait une transition structurée et ordonnée. De plus, l’AMT sera invitée à participer aux travaux menant à la réalisation d’une nouvelle gouvernance métropolitaine. Notre organisation va continuer à opérer des trains de banlieue, mais ça ne portera peut-être plus le même nom».M. Girard n’a pas souhaité ajouter d’autres commentaires sur le sujet.

Pierre Charon, le président du Conseil intermunicipal de transport des Laurentides (CITL) et maire de Saint-Eustache, nous dit n’avoir reçu aucune annonce officielle. «On a rencontré M. Girard hier (mardi), car il venait dans notre secteur (Blainville). Il nous confirme que des changements s’en venaient, sans être plus précis que cela. Je rencontre Nicole Houle, la directrice générale du CITL, à ce sujet, mardi après-midi (hier). »

La réforme

Dans les faits, l’abolition de l’AMT devrait entraîner la création d’une première structure, l’Agence régionale de transport (ART), une entité qui donnerait un plus grand contrôle aux élus de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), dans la planification et la tarification.

Un deuxième structure, le Réseau des transports métropolitains (RTM) serait créé et fusionnerait les 13 conseils intermunicipaux de transports (CIT) qui actuellement assurent les services d’autobus en banlieue, et assurerait les services des trains de banlieues.

L’exécutif de la CMM a adopté une résolution à l’unanimité appuyant le projet de réforme du ministre des Transports Robert Poëti.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.