| Par lpbw

Bell Helicopter supprime une cinquantaine de postes à Mirabel

AÉRONAUTIQUE. Bell Helicopter Textron Canada a supprimé une cinquantaine de postes à son usine de Mirabel en décembre dernier. Ces mises à pied s’ajoutent aux nombreuses coupes de postes survenus depuis un an et demi dans l’entreprise.

Selon la responsable des communications chez Bell Helicopter, Lucie Tessier, ces pertes d’emploi sont liées au marché global qui est à la baisse. «Nous devons nous ajuster», explique-t-elle ajoutant que parmi les postes éliminés, on compte des départs volontaires. Celle-ci ne veut pas s’avancer quant à savoir s’il y aura d’autres coupes de postes dans les prochaines semaines. «Nous sommes en train d’analyser ça. On essaie de sauver le plus d’emplois possible. Je ne peux pas confirmer s’il y aura des mises à pied ou non».

Bell Helicopter traverse une période difficile. Au printemps dernier, 300 emplois ont disparu. En 2014, deux vagues de compressions sont survenues. En juin, 150 travailleurs ont été remerciés alors qu’en septembre de 200 à 250 emplois ont été supprimés. En un an et demi, l’entreprise a aboli un peu plus de 750 postes à l’usine de Mirabel, soit près de 30% de son effectif. Environ 1200 personnes travaillent toujours pour Bell Helicopter, selon Mme Tessier.

Le président quitte

Par ailleurs, le président de Bell Helicopter Textron Canada, Raymond Leduc, en poste depuis seulement un an, a quitté l’entreprise. «C’est un départ volontaire. Il a accepté une nouvelle opportunité dans une autre entreprise», explique Mme Tessier.

Cynthia Garneau, qui travaille pour l’entreprise depuis 2004, le remplacera.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.