| Par lpbw

Aérogare de Mirabel : ADM refuse d'accorder un sursis

MIRABEL. Aéroports de Montréal (ADM) refuse d’accorder un délai supplémentaire au maire de Mirabel, Jean Bouchard, afin qu’il trouve le financement nécessaire pour convertir l’ancienne aérogare en centre de foires.

« On n’a pas de motifs et on n’a pas d’indication qu’il va y avoir du financement », a expliqué mercredi la vice-présidente aux affaires publiques d’ADM, Christiane Beaulieu. Elle a souligné qu’aucun plan d’affaires du projet de transformation ou garantie de financement n’a été acheminé à ADM, qui est en discussion avec la Ville de Mirabel depuis le mois de janvier.

« Ça fait dix ans qu’on essaie de revitaliser ce bâtiment et on n’y arrive pas, a ajouté Mme Beaulieu. On va le détruire et en faire quelque chose pour une entreprise qui va créer des emplois de qualité. » Le conseil d’administration d’ADM se réunira le 16 septembre prochain afin d’accorder un contrat pour démanteler l’ancienne aérogare et décontaminer le site.

Plutôt que démolir l’aérogare, le maire de Mirabel souhaite ardemment le transformer en centre de foires. Il a demandé hier à ADM un délai supplémentaire de trois mois pour fignoler le plan d’affaires. La mise à niveau de l’aérogare et sa conversion en centre de foires coûteraient environ 30 M$.

« Il n’y a aucune urgence à démolir les installations de l’aérogare », a insisté Jean Bouchard.

Transports Canada, qui est propriétaire de l’aérogare, n’entend pas s’immiscer dans le conflit entre ADM et le maire de Mirabel.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.