|

Quand le vélo de montagne rassemble une communauté

Par Marie-Catherine Goudreau

L’année dernière, quelques amis se sont rassemblés sur Zoom, cherchant un moyen de faire passer le temps durant la COVID-19 et de s’impliquer dans la communauté. C’est là qu’est née l’idée de la SAHMBA.

SAHMBA, c’est pour « Saint-Adolphed’Howard Moutain Bike Association ». Jamie Marois est l’instigateur de ce groupe qui est maintenant devenu un mouvement à Saint-Adolphe. Leur groupe Facebook compte plus de 300 membres.

Rouler local

Leur objectif est de construire des sentiers de vélo de montagne pour encourager les gens à rouler localement.

Mais ils souhaitent aussi rassembler leur communauté autour de ce sport. « J’ai habité l’Ouest canadien quelques années. J’avais de la difficulté à retrouver ce sentiment de communauté ici dans les Laurentides », explique Jamie. C’est ce qui l’a motivé à démarrer ce projet : rassembler des mordus de vélo et partager la même passion à travers le « trail building ».

L’été dernier, le groupe s’est donc présenté au Mont-Avalanche pour la corvée de début de saison et voyant tout l’engouement qu’il y avait, ils ont créé la SAHMBA. Ils sont d’ailleurs devenus un organisme à but non-lucratif depuis cet hiver et sont en processus de créer un conseil d’administration. « C’est un mouvement communautaire. Les gens avaient besoin d’un groupe comme ça », souligne Jamie.

Alors que le vélo de montagne est en pleine expansion, le groupe est arrivé à un bon moment et répond à un besoin de la communauté. Lors de la corvée de début de saison, jusqu’à 100 personnes se sont présentées pour donner un coup de main. « Les gens n’avaient jamais vu ça ! »

Selon lui, le Mont-Avalanche était l’endroit idéal pour leur projet. « À Saint-Adolphe, tu retrouves une expérience qu’il n’y a pas partout. Tu as une expérience locale. » Les commerces et le centre-ville accessibles à proximité en vélo permettent à toute la communauté de se rapprocher et d’en profiter, explique-t-il.

Plus d’adeptes, plus de travail 

Les corvées pour les sentiers de vélo sont bien plus que du travail physique, croit Jamie. C’est aussi un moment pour se retrouver, rencontrer et s’impliquer dans la communauté. Selon lui, il y a aussi un travail de sensibilisation à faire autour des sentiers de vélo. Il y a de plus en plus de personnes qui pratiquent le sport, donc plus de maintenance à faire. Mais comme Jamie le dit, « il n’y a rien de plus satisfaisant que de rouler sur une trail que tu as bâtie ».

Pour l’instant, la SAHMBA travaille sur le Mont-Avalanche. Ils y construisent 3 nouvelles pistes de vélo et travailleront aussi à la signalisation et la mise à niveau du réseau. Toutefois, rien ne les empêche de se déplacer dans les Laurentides pour prendre en charge d’autres sentiers. « Mon plus grand rêve serait d’avoir un circuit de e-bike à travers les Laurentides et de connecter les municipalités. »

Toujours plus

Le journal est allé rencontrer ces passionnés de vélo de montagne lors d’une corvée il y a quelques semaines. Visionnez notre rencontre avec la SAHMBA en vidéo sur tous nos réseaux sociaux !

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.