|

Une première activité de financement réussie

Par lpbw

SAINT-JÉRÔME. La présentation du film Les mauvaises herbes, en présence du réalisateur Louis Bélanger et du comédien Gilles Renaud, un film tourné à 99 % dans les Laurentides, se voulait un évènement festif et convivial, permettant au Bureau du cinéma et de la télévision des Laurentides (BCTL) d’amasser une partie de son financement privé. Cette activité leur a d’ailleurs permis de recueillir près de 13 000$.

«C’est une première pour le BCTL de faire une activité de financement associée à une première de film. On n’est pas loin de 13 000$, l’objectif était de 10 000$, j’espère qu’on a créé un précédent», nous dit Marie-Josée Pilon qui espère maintenant pouvoir, chaque année, associer une activité de financement avec le lancement d’un film tourné dans les Laurentides. L’événement s’est tenu grâce à Guy Gagnon, le propriétaire du cinéma Carrefour du Nord. «On avait 200 invités (ventes de billets et partenaires associés) dans la salle, il y a eu 400 personnes en tout, Guy Gagnon avait de son côté lancé un concours invitant les gens à venir voir le film. Le financement du BTCTL est public, mais requiert une participation de 75 000$ sur trois ans du privé (25 000$ par année).

De son côté, l’organisateur de cette avant-première, le propriétaire du cinéma Carrefour du Nord faisait un concours qui visait à aller chercher 200 personnes pour l’avant-première. Il avait accepté que le BCTL puisse vendre 200 billets, au cout de 30$ pour faire une activité de financement. Pour cela, le BCTL a également eu les droits du distributeur les Film Crystal.

Un travail de longue haleine

«On a travaillé en amont depuis 2014 pour ce film. Quand j’ai vu le synopsis passer à l’effet que le film avait obtenu son financement, on a appelé le producteur Luc Vandal», nous explique Marie-Josée Pilon. Cette dernière précise: «On a aidé Louis à trouver sa ferme. Il avait un intérêt pour les Laurentides, mais il regardait aussi dans Lanaudière. On a travaillé fort pour les convaincre. On a proposé au moins une vingtaine de fermes. Il est tombé amoureux de celle d’Arundel, qui répondait bien à son scénario, isolée, ancestrale. »

Les partenaires

Dans l’accomplissement de son mandat d’accueil et de promotion à l’échelle des Laurentides, le BCTL peut compter parmi ses partenaires sur:

– Développement économique Canada (DEC),

– Le ministère de la Culture et des Communications,

– Les 8 MRC des Laurentides,

– Tourisme Laurentides,

– Les Caisses Desjardins des Laurentides, @B Hybride une filiale d’Ubisoft,

– Star Suites,

– IASTE 514,

– PMG Technologies,

– L’Hôtel Quintessence,

– L’Esterel Resort et une dizaine d’autres partenaires de l’industrie.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.