|

Algis Kemezys, le photographe derrière « Né de la pierre »

Par Lpbw

EXPOSITION .S’il est une exposition à ne pas manquer, c’est bien celle que propose Algis Kemezys à ICI par les arts, « Né de la pierre ». L’artiste international y présente des photographies composites qui amalgament des sculptures de l’antiquité grecque et le marbre.

L’exposition est le fruit d’un cheminement de toute une vie. La passion qui anime Algis Kemezys est née très tôt, et la moindre de ses expériences, de ses mésaventures, a participé à la création de son œuvre d’aujourd’hui.

Par exemple, sa quête de découverte de visages dans les roches, c’est sa mère qui en en a été l’élément déclencheur lorsqu’elle l’envoyait dehors en lui demandant d’aller chercher une roche avec un visage. Il avait quatre ans.

Exploration

Ou bien lorsqu’après l’incendie de sa maison il découvre, deux ans plus tard, dans les cendres, une boite de diapositives, des photos qu’il avait prises dans le monde entier; il voulait alors travailler pour le National Geographic. « Les saisons et le feu avaient eu comme effets sur ces diapos que les images semblaient être passées à travers un cataclysme, une explosion nucléaire. »

« Après quelques mois, j’ai voulu reproduire ces effets et j’ai fait de la peinture sur des diapositives avec différents produits chimiques. J’ai mis le feu et transformé la diapo. La texture et les couleurs étaient magnifiques, comme une peinture impressionniste », nous dévoile Algis Kemezys. « Et ça a commencé comme ça, avec des tests pour reproduire le phénomène des couleurs.»

Algis nous parle aussi de cette période où il faisait des inukshuks sur l’ile de Crête. «Je voulais faire quelque chose d’anthropomorphique, les roches m’appelaient. Et souvent dans la dernière que je trouvais, je voyais un visage! »

Le sacré, la présence, la déesse dans la beauté d’un paysage, et la passion. Que l’artiste a aussi exploré lorsqu’il photographiait des célébrités telles que Brad Pitt, Sophia Loren ou Jodie Foster. « Mais je suis un homme de la terre, de la nature. »

Et puis il y aussi sa passion pour les cimetières, une raison d’ailleurs pour laquelle il aime habiter à Montréal en plus de la culture et de la joie de vivre qui y règne. Sans oublier les forêts laurentiennes, une autre source d’inspiration pour le photographe qui a un pied à terre à Sainte-Adèle.

Photographiées dans les régions hellénistiques ainsi qu’au Musée du Louvre et au Brithish Museum, les sculptures mises en valeur dans le travail de Algis Kemezys sont des exemples emblématiques de la sculpture grecque. Exposition « Né de la pierre » d’Algis Kemezys (photographe de composition) : jusqu’au 27 juin à ICI PAR LES ARTS, 712 rue Saint-Georges, Saint-Jérôme. La collection voyagera ensuite à Athènes en Grèce et sera exposée au Musée National d’Archéologie.

Algis Kemezys

Algis Kemezys a commencé dans les arts visuels en tant que photographe d’art et un photojournaliste. Il a photographié le monde entier. Son travail a été publié et présenté à l’échelle internationale (New York, Chicago, Canada, Grèce, Inde).

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.