| Par journal-le-nord

Situation alarmante à la Maison Wilfrid-Grignon

Sainte-Adèle

Le syndicat des professionnelles en soins des Laurentides (FIQ-SPSL) s’est montré préoccupé par la situation vécue par ses membres à la Maison Wilfrid-Grignon de Sainte-Adèle, qu’il juge « alarmante ».

 

Des professionnelles en soins du CISSS des Laurentides sont allés prêter mains fortes au personnel de la résidence privée dès la semaine du 27 avril. « Elles y ont trouvé une résidence qui est totalement à la dérive : absence de direction et de gestionnaires, manque de personnel stable, manque d’informations sur les patients, manque flagrant d’entretien ménager et déficience d’équipement de protection individuel, alors qu’il y a des cas de Covid confirmés! », mentionne le syndicat dans un communiqué de presse.

Un décès lié à la Covid-19 a été confirmé le 27 avril dernier et, au moment d’écrire ces lignes, il était impossible d’obtenir le nombre de cas confirmés dans l’établissement puisque le CISSS procédait à une mise à jour de son site. Par ailleurs, la direction de la résidence privée n’a pas retourné nos appels.

Une préposée infectée témoigne

Une préposée aux bénéficiaires de la Maison Wilfrid-Grignon a voulu témoigner des problèmes de gestion qui perdurent, tout en souhaitant garder l’anonymat. « Cela ne date pas d’hier, dit-elle. Nous travaillons toujours en sous-effectifs avec un manque de matériel. Il n’y a pas assez de débarbouillettes pour laver les patients. Il faut faire des brassées de lavage souvent. »

En attente des résultats du test de la COVID-19, la préposée aux bénéficiaires présentait tous les symptômes lors de l’entrevue. « Quand je suis partie, il y avait plusieurs cas dans le bâtiment, croit la préposée. Le problème, c’est qu’on ne peut pas se protéger en conséquence si on ne le sait pas. Beaucoup de membres du personnel se retirent, car ils ont peur. »

La FIQ-SPSL dénonce « un manque flagrant de consignes entourant la sécurité des résidents et du personnel » et un manque d’équipement. « Les consignes entourant le port des équipements et de l’instauration des zones rouges pour patients atteints de la Covid semblent manquantes, déplore Denis Provencher, le président par intérim du syndicat. Un thermomètre et un stéthoscope pour l’ensemble des résidents d’une zone chaude, ça n’a pas d’allure. »

« Je suis immensément préoccupé par ce que j’entends, a indiqué Denis Provencher. Je m’inquiète pour les patients et pour tout le personnel qui doit y aller! C’est hyper dangereux. On a des membres en pleurs, laissées à elles-mêmes… »

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

2 Comments

  1. Daniel lefrancois

    J’ai été temoin de tout ça depuis que j’ai transférer ma mère la ,le 7 février 2020,, jetais avec elle chaque soir jusqu au confinement,elle est finalement décédé du covid 19 le 21 avril qu’on lui as transmis , ma mère m’appelait de son cell et cetais vraiment pas son genre de faire donc imagine les personne seul sans famille :(( j’ai bien des preuves!!! J’ai lancer beaucoup de cris d’alarme en 2 mois .. J’ai finalement perdus ma mère ,

    Reply
  2. Maryse Eggeman

    Ce qui m’ecoeure le plus c’est de ne jamais savoitmr la VÉRITÉ de toute les résidences pou personnes âgées on nous garde dans la noirceur il y a un manque de transparence par le gouvernement et par les proches qui ont leurs parents confinés dans ces mouroirs il y a une OMERTA excusez-moi d’avance de ce que je vais dire c’est FERMER TOUS VOS GUEULE NE PARLER PAS À PERSONNES DE CE QUI CE PASSE DANS CRS ENDROITS LÀ

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.