La brasserie La Pendule à Saint-Jérôme, en 1990-1991. Crédit: Histoire et Archives Laurentides, collection Stéphane Valiquette.
|

Là où il faisait bon fêter

Par Simon Cordeau

Les Laurentides ont toujours eu le cœur à la fête. Encore aujourd’hui, on vient de loin pour prendre un verre (ou deux), pour écouter tant des artistes locaux que des stars internationales, et pour danser jusqu’aux petites heures du matin. Et vous? Où sortiez-vous lorsque vous étiez dans la fleur de l’âge? Nous avons demandé à nos lecteurs les endroits légendaires ou disparus où ils allaient danser, chanter et fêter. Quelques-uns nous ont même partagé leurs souvenirs.

Les plus jeunes (comme moi) n’ont pas connu ces lieux de rendez-vous mythiques. Et même ceux qui existaient encore récemment avaient bien changé. Les quelques fois que je suis allé au Bourbon, c’était pour les DJ bruyants, pour danser et pour lâcher mon fou.

Pourtant, dans les années 1980, on y retrouvait les plus grands noms de la musique, de Jean Leloup et les Colocs jusqu’à Eurythmics et Alice Cooper. Parfois, rapportait Jean-Patrice Desjardins dans nos pages en 2016, les artistes qui enregistraient au studio d’André Perry, à Morin-Heights, venaient même faire leur tour. Vous pouviez donc prendre un verre aux côtés de Keith Richards, de Jon Bon Jovi ou de Bryan Adams.

Aujourd’hui, la plupart de ces endroits ont disparu. Certains ont fermé. La Pendule a été emportée par les flammes. L’Hôtel Lesage est maintenant un bloc appartement. 

Mais si vous vous sentez nostalgique, dites-vous que certains endroits ont su vieillir avec leur public. Par exemple, sur le terrain qui accueillait jadis Le Bourbon se trouve désormais… une résidence pour aînés!

Le Princesse à Sainte-Agathe

Je sortais de la salle de bain et je voyais mes amis qui riaient au loin en me pointant du doigt. Je me disais qu’ils me trouvaient bien belle dans ma robe, jusqu’à ce que je me rende compte que j’avais un papier de toilette pris en dessous de mon talon! Je le traînais de tout son long dans la discothèque [rires]. Sinon, c’était un bel été où je sortais beaucoup pour danser au Princesse avec mes amis. 

– Corine

Les Nuits Blanches à Saint-Sauveur

C’était durant les Jeux du Québec d’hiver en 1987. Lors des finales de ski alpin au mont Saint-Sauveur, un groupe d’amis se sont déplacés pour encourager les skieurs. Après, nous nous sommes réunis au bar pour souper et discuter, puis nous sommes allés aux Nuits Blanches.

Le motel Le Totem à Piedmont, dans les années 1970. Crédit: Histoire et Archives Laurentides, fonds Louis-Denis Labelle

Nous étions debout au « standing bar » et voilà qu’un groupe de filles vient s’installer près de nous. C’était leur place habituelle. J’étais le seul qui dansait dans notre groupe. Donc je décide d’y aller, quand tout d’un coup, une jolie brunette aux yeux bleus vient danser devant moi. Après quelques danses, je retourne m’asseoir. Et qui est assises près de moi? Eh oui : la jolie brunette!

Nous nous présentons et débutons une conversation. Elle me dit : « J’ai une fille de 7 ans. » C’était son truc pour faire fuir les hommes pas intéressés à s’embarquer dans une relation sérieuse. Mais je lui réponds que j’ai un garçon de 10 ans.

Nous nous sommes laissés à la fermeture avec nos numéros de téléphone respectifs. Après plusieurs semaines d’échanges téléphoniques, je l’ai invitée à venir souper chez moi. Et le coup de foudre fut immédiat.

Après 35 ans, nous sommes encore très amoureux l’un de l’autre. Nous nous sommes remariés après notre retraite et nous vivons toujours dans les Laurentides, heureux.

– Louis-Albert

Le Pub à Saint-Jérôme

C’était vraiment une belle ambiance. Il y avait une petite piste de danse, mais des grands hits des années 90. Le groupe G.O. Culture, avec leur hit Darla Dirladada, et la chanteuse Emjay, avec The Sound of My Heartbeat, étaient venus faire une prestation.

– Benoit

La Pendule à Saint-Jérôme

J’aimais beaucoup La Pendule. Il y avait des chansonniers : c’était comme les 2 Pierrots, à Saint-Jérôme. Mais c’était toujours plein!

– Christiane 

Le Café des Pins à Bellefeuille

La soirée des dames, le jeudi, c’était la place pour se faire inviter à danser à coup sûr, en tant que toute jeune célibataire. C’était une soirée de rigolade, surtout cette fois où un jeune homme m’avait invitée à danser. Il participait aussi au concours amateur et il m’avait dédié une chanson, en disant dans la salle : « Cette chanson est pour Monique! » Je flottais! J’ai 59 ans aujourd’hui et je m’en souviens encore.

– Monique

On arrivait tôt pour être près du foyer. C’était la place idéale pour aller danser, car il y avait deux orchestres, dont les frères Séguin de Lachute. J’aimais beaucoup la chanson Rivers of Babylon. Mon amie Guylaine y a rencontré son mari. Il y a eu une période où c’était très populaire, vers 1980. Si on arrivait plus tard, il n’y avait plus de place!

– Christiane

Top 10 selon nos lecteurs

Le Bourbon Street, à Sainte-Adèle

Le Totem, à Piedmont

La Pendule, à Saint-Jérôme

Les Vieilles Portes, à Saint-Sauveur

Le Shack, à Saint-Jérôme

Le Pub, à Saint-Jérôme

Le Penthouse, à Sainte-Adèle

Le Café des Pins, à Bellefeuille

La Butte à Mathieu, à Val-David

Le Common’s Bar, à Morin-Heights

NOUVELLES SUGGÉRÉES

1 Comment

  1. Monique Deschenes

    Moi j’allais Chez Maurice dans l’hôtel Lapointe.Tous les chanteurs populaires venaient y faire un show et il y avait toujours de la bonne musique

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.