|

Transport scolaire: Entente de principe avec le gouvernement

Par Luc Robert

Le Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord (CSSRDN) assure les parents que le transport des enfants devrait se dérouler sans encombre, dès lundi prochain, pour la rentrée scolaire, tant au primaire qu’au niveau secondaire.

Il était minuit moins une dans le dossier du renouvellement des ententes avec les transporteurs scolaires, alors que le négociateur nommé par Québec, Me Claude Sauvageau, a réussi à obtenir un consensus verbal entre les parties, lors d’un sprint à la table de négociation.

« Les négociations se font auprès de chaque transporteur, sans incidence sur les délais. Les transporteurs ont déjà reçu leurs circuits. La date du 25 août est celle où les parents pourront prendre connaissance des coordonnées de transport pour leurs enfants », a détaillé Mme Nadyne Brochu, conseillère en communication au CSSRDN.

Du côté des transporteurs scolaires, l’heure est à l’évaluation des données de l’entente de principe.

« Notre association décortique présentement les chiffres. On va savoir ensuite si cela va au-delà d’un accord de principe. Les transporteurs sont rencontrés un par un par le CSSRDN, d’ici à la semaine prochaine. Ce n’est pas évident de renouveler les 106 contrats échus d’un seul coup. Dans notre cas, il nous reste une année d’entente et nous avons envoyé une lettre au CSSRDN pour signifier que nous allons procéder aux déplacements comme prévu. Nous tiendrons une réunion avec nos chauffeurs dès mardi matin (hier) », a laissé savoir M. Michel Rochon, propriétaire des Autobus Rochon inc. à Mirabel.

Vers une entente unique

Ce dernier est aussi le porte-parole régional pour la Fédération des transporteurs par autobus (FTA), qui regroupe plus de 700 membres œuvrant dans tous les secteurs du transport de personnes, tels que le transport scolaire, interurbain, urbain, nolisé-touristique, adapté, aéroportuaire, médical et par abonnement.

« Le gouvernement cherche à unifier tout ça. Les renouvellements en cours sont prévus pour une seule année, afin d’arriver à terme au même moment que les entreprises qui ont encore une année de contrat à faire avec les centres scolaires. Ensuite, ils veulent procéder à un accord provincial global et repartir sur le même pied avec tous », a poursuivi celui dont l’entreprise familiale est active depuis les années 60.

Peiné

Les quelque 9 300 jeunes, soit 52 % des élèves transportés à la CSSRDN, auraient pu ne pas avoir de transport entre leur école et leur maison. 

« On a continué à se parler, même quand ça chauffait. La FTA veut continuer la collaboration. Localement, j’ai lancé un appel au calme auprès des sept transporteurs. On n’était pas en chicane et j’ai été surpris que des éléments de négociations se soient retrouvés sur la place publique. En même temps, je comprends nos membres qui veulent survivre », a poursuivi M. Rochon, qui est de la 3e génération du même nom impliquée dans le monde des autobus.

Les transporteurs Cadieux, Desrosiers, Brunet, Transcobec, Campeau, Rochon et Berline-Tab attendent impatiemment la suite des choses.

« C’est devenu très émotif pour plusieurs. On peut apporter nos demandes localement, mais ça se négocie provincialement. On suit la vague, mais il ne faut jamais oublier que nos coûts d’opération sont devenus astronomiques », a achevé Michel Rochon.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.