(Photo : Alouettes de Montéral)
Pierre-Olivier Breault, entraineur de renforcement musculaire et de conditionnement physique pour les Alouettes de Montréal.
|

Les secrets et astuces de l’entrainement des Alouettes

Par Marie-Catherine Goudreau

Dans un sport de puissance et d’efforts musculaires dans des courts laps de temps, l’entrainement physique est une nécessité pour permettre de réduire les blessures et maintenir la performance. Pierre-Olivier Breault, entraineur de renforcement musculaire et de conditionnement physique pour les Alouettes de Montréal, nous parle de l’importance de son rôle pour les joueurs.

« Mon rôle englobe plusieurs responsabilités, mais je m’occupe de tout ce qui a trait à la performance. Ça peut toucher autant le développement des qualités athlétiques, la réhabilitation de blessures, la nutrition, l’équipement et l’entrainement », explique celui qui en est à sa quatrième saison avec les Alouettes.

« Il y a tellement d’informations, d’approches et de visions, mon rôle est de guider les joueurs à travers tout ça. Je suis là pour leur permettre de faire des choix qui sont les meilleurs pour eux individuellement et collectivement », explique Pierre-Olivier. Ce dernier a joué avec l’équipe de football des Carabins de Montréal pendant quelques années puis a étudié en kinésiologie à l’Université de Montréal.

Maintenir la performance 

L’objectif de l’entrainement musculaire et de conditionnement physique est de maintenir leur niveau de performance, soutient Pierre-Olivier. « L’entrainement sera sporadiquement intégré dans leur journée avec une approche cyclique. C’est-à-dire que certains joueurs vont s’entrainer, pendant que d’autres vont faire des exercices de récupération, de réduction de blessures ou vont se reposer », rapporte l’entraineur. Il s’assure également que tout l’équipement nécessaire est disponible pour les joueurs et qu’ils ont accès à la nutrition nécessaire pour soutenir leur entrainement.

Selon Pierre-Olivier, les exercices les plus importants sont ceux qui vont solliciter les endroits où il y a le plus de risques de blessure. Par exemple, il y a beaucoup de blessures d’usure ou musculo-squelettique au bas du corps, explique l’entraineur. Ainsi, il va proposer des exercices pour « s’assurer que les tissus sont toujours dans un état optimal et capables de supporter le stress de course ».

Un bon entrainement, une équipe forte

D»un côté, l’entrainement musculaire est relié aux muscles : des exercices avec des élastiques, des machines, des poids, etc. De l’autre, le conditionnement physique concerne le niveau cardiovasculaire et le système énergétique. « C’est de s’assurer que l’athlète, du point de vue métabolique, est adapté aux demandes du sport. Pour le football, les efforts sont très intenses et de courte durée. On parle de 5 à 7 secondes, entrecoupées d’une période de repos de 20 à 40 secondes. C’est le genre de format qu’on utilise pour entrainer ces capacités. »

Ce genre d’entrainement est nécessaire pour les joueurs de football pour assurer de bons résultats durant toute la saison. « Dans la majorité des qualités musculaires ou athlétiques, les liens ont une durée et un effet résiduel. Ta capacité vasculaire, anaérobique, ta puissance, ta vitesse : ce sont toutes des choses qui peuvent se dégrader avec le temps s’il n’y a pas un travail constant qui est fait pour les maintenir », explique Pierre-Olivier.

Comme la saison de football est très longue, il y aura une diminution de la performance si on ne travaille pas ces aspects, souligne l’entraineur. Ainsi, cela rendra les joueurs moins forts, moins résilients, moins rapides. Un bon entrainement permettra donc une équipe plus forte.

Nutrition

Pierre-Olivier est aussi en charge de la nutrition et des suppléments. Il conseille et recommande certains aliments aux joueurs et propose aussi un menu avec eux pour les entrainements. Il s’occupe aussi des collations durant les pratiques et les matchs, un élément important pour l’énergie et la performance. « Dans des cas plus spécifiques, où un athlète aurait besoin d’un soutien personnalisé et en profondeur, je le mets en contact avec un spécialiste, comme un nutritionniste », précise-t-il.

Les protéines occupent une place importante dans l’alimentation des joueurs pour « le maintien de la masse musculaire ». Mais on utilise aussi les glucides qui auront plus d’impacts sur la performance directe, rapporte l’entraineur. « Les athlètes vont utiliser ce substrat énergétique pour performer, pour être capables de courir et d’effectuer leurs actions sportives. Ce sont les aliments qu’on va prioriser avant et autour des matchs », explique l’entraineur.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *