| Par journal-le-nord

Le CEP mise sur la flexibilité

Centre d’études professionnelles Saint-Jérôme

La bonne performance de l’économie et le manque de main-d’œuvre dans les entreprises de la région ont un impact sur le recrutement. Afin de répondre à cette nouvelle réalité, le Centre d’études professionnelles Saint-Jérôme a mis en place le concept de flexibilité.

 

« Nous voulons nous adapter à la réalité et aux besoins du marché du travail ainsi qu’à l’élève et à l’élève travailleur. À l’intérieur des différentes contraintes qui nous régissent, nous avons comme volonté d’augmenter et de diversifier notre offre de service », souligne Éric Louis-Seize, le directeur du Centre d’études professionnelles. Ce dernier ajoute que l’économie se portant bien, souvent. Les étudiants se dirigent directement vers le marché du travail sans certification ni qualification.

Le CEP, avec ses nombreuses entrées et les programmes d’une durée de 1800 heures dispensera des services à plus de 1400 élèves pour l’année scolaire 2019-2020. C’est une baisse de près de 20% comparativement aux années antérieures. Près de 400 nouveaux élèves ont débuté ou débuteront dans des 16 formations dans les secteurs de l’entretien d’équipement motorisé, de la fabrication métallique, de la métallurgie, de l’administration, commerce et informatique, de l’électrotechnique et de la construction.

Différentes stratégies

« On offre toujours des formations à trente heures semaines, mais ayant réalisé que plusieurs de nos élèves abandonnent la formation pour aller sur le marché du travail, ou n’arrivent pas financièrement et doivent combiner l’école et le travail, on a mis en place différentes stratégies dont le temps partiel, 15 heures par semaine, de jour et de soir », précise le directeur.

« Ce qu’il faut retenir c’est: si tu veux suivre une formation dis-nous quel est ton besoin et on va regarder ce qu’on peut faire », ajoute Nathalie Cyr, conseillère en information scolaire et professionnelle.

En résumé, le Centre s’adapte le plus possible aux besoins de l’élève. « On essaye d’innover, nous avons aussi tout le volet de l’alternance travail/étude. On a fait beaucoup de partenariat avec les entreprises. On vient favoriser le recrutement et la rétention de nos élèves . Nous faisons aussi de la reconnaissance des acquis », explique Éric Louis-Seize. Ce dernier mentionne également que le CEP reçoit de de plus en plus de personnes retraitées qui reviennent aux études.

Par ailleurs, une offre en ATE en CVPEM est en préparation. L’élève sera présent au CEP 50% du temps et en entreprise l’autre 50%. Le développement des compétences se fera en partie sur le terrain. L’élève sera également rémunéré tout au long de sa formation. Ce projet est le fruit d’un partenariat entre le CPA de la région, la CPMT et les entreprises de ventes de pièce du Nord.

 

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.