| Par Luc Robert

Zone résidentielle: Du stationnement illégal qui nuit à la circulation

Les bornes de limite de vitesse des quartiers résidentiels exigent souvent une circulation maximum à 30 km/h, en plus de demander aux conducteurs de ne pas garer leur véhicule à moins de 50 mètres des panneaux, ce qui est souvent non respecté.

Que ce soit à Prévost, Saint-Hippolyte ou ailleurs dans la MRC de la Rivière-du-Nord, il arrive fréquemment que des voitures garées à proximité des bornes centrales empêchent la circulation des véhicules, ou pire, oblige ceux-ci à circuler en sens inverse, par manque d’espace laissé par les récalcitrants.

« Ces panneaux ont été installés par la Ville, conformément à la réglementation. En cas d’infraction, la Ville de Prévost peut émet-tre des avis d’infraction. Par ailleurs, notre équipe de sécurité communautaire a fait des interventions préventives à ce sujet, dans quelques secteurs ciblés. Toutefois, c’est la Sûreté du Québec qui est en charge de donner les constats d’infraction. C’est elle qui veille à l’application des règlements municipaux, concernant la réglementation Stationnement et circulation – numéro SQ-900-2010 », a décrit Mme Martine Rouette, conseillère senior, au Service des communications de la Ville de Prévost.

À la Sûreté du Québec, on avoue qu’il n’est pas toujours facile d’aller sensibiliser les résidents qui stationnent à proximité des panneaux, alors que ces bornes visent avant tout à ralentir la circulation rapide des utilisateurs du secteur.

« Quand ça fait partie de la réglementation municipale, qu’on a le pouvoir d’intervenir, on le fait. Souvent, il s’agit de savoir si la MRC a adopté une double juridiction, concernant les chemins municipaux et provinciaux. Nos agents ont le mandat d’appliquer le code de la sécurité routière, qui implique de respecter la signalisation installée. Si une voiture se trouve trop près d’une borne, il peut arriver qu’en plus du constat, le patrouilleur fasse remorquer le véhicule encombrant. Par contre, s’il y a des règlements d’arrosage ou autres, ça n’entre pas dans le mandat de la SQ de les faire respecter », a détaillé le Sergent Marc Tessier, du Service des communications de la Sûreté du Québec, pour l’Outatouais et les Laurentides.

À la MRC de la Rivière-du-Nord, le Préfet Bruno Laroche s’est dit surpris de l’inteprétation des limiers provinciaux.

« Pour les feux d’artifice ou l’arrosage, ça relève de notre sécurité communautaire. Jamais un mandat ne sera voté ou donné par la MRC pour ce genre de choses. Ça fait 12 ans que je suis en poste et les bornes (dont celles sur la 111e avenue à Saint- Hippolyte) sont du ressort des municipalités. De même, on pourrait, au conseil municipal, réduire les limites de vitesse et cela n’impliquerait pas la MRC, qui n’a pas à entériner ça », a-t-il souligné.

« Je dirais même que c’est plus simple. Si un véhicule embourbe un secteur, près d’une pancarte ou d’un arrêt obligatoire, je peux comme maire communiquer directement à notre lieutenant local, M. Alexandre Perreault, pour que les agents locaux de la SQ appliquent de manière plus serrée un règlement. Par exemple, récemment, les plaintes pour passages répétitifs de camions semi-remorques, sur le chemin du Lac Connelly, ont été transmises au poste de la MRC de la Rivière-du-Nord, de la SQ. Leur circulation est interdite depuis l’an 2000 et certains abusent encore de nos petites routes. Même chose pour les bornes, sur les routes à la plage municipales ou ailleurs sur le territoire de la MRC, elles doivent être respectées et la SQ veille », a achevé M. Laroche.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

2 Comments

  1. Luc Lemieux

    Bon matin monsieur Robert. Très intéressant votre article. Il tombe justement à point dans le cas de la rue du Vicomte à St-Jérôme. J’ai communiqué avec la police le 24 mai dernier pour signaler cette situation. Dans le cas de la rue du Vicomte, il y a une voiture qui est régulièrement stationnée à la même hauteur que l’affiche et, force le traffic à dévier dans le sens inverse créant ainsi un danger pour les piétons et les enfants qui entre et qui sortent du parc du même nom. L’agente m’a recommandé d’aviser la ville ce que j’ai le même jour, photos à l’appui. Le 4 juin dernier voici ce que la ville m’a répondu: Nous avons pris connaissance de votre requête et vous informons que nous l’avons fait suivre au Service de police pour que les personnes concernées en soient avisées. Nous vous remercions de votre compréhension et vous invitons à communiquer avec nous pour toute question ou commentaire.
    En ce 8 juillet, la situation perdure et aucune nouvelle de la police. En attendant une réponse, j’espère qu’il n’y aura de conséquences négatives à cette situation.
    Bonne journée.

    Reply
  2. Luc Lemieux

    Bon matin. Très intéressant votre article. Il tombe justement à point dans le cas de la rue du Vicomte à St-Jérôme. J’ai communiqué avec la police le 24 mai dernier pour signaler cette situation. Dans le cas de la rue du Vicomte, il y a une voiture qui est régulièrement stationnée à la même hauteur que l’affiche et, force le traffic à dévier dans le sens inverse créant ainsi un danger pour les piétons et les enfants qui entre et qui sortent du parc du même nom. L’agente m’a recommandé d’aviser la ville ce que j’ai le même jour, photos à l’appui. Le 4 juin dernier voici ce que la ville m’a répondu: Nous avons pris connaissance de votre requête et vous informons que nous l’avons fait suivre au Service de police pour que les personnes concernées en soient avisées. Nous vous remercions de votre compréhension et vous invitons à communiquer avec nous pour toute question ou commentaire.

    En ce 9 juillet, la situation perdure et aucune nouvelle de la police. En attendant une réponse, j’espère qu’il n’y aura de conséquences négatives à cette situation.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.