|

Tempête à Prévost : Une ambulance peine à se rendre sur les lieux d’une intervention

Par Luc Robert

L’Entreprise Doménick Sigouin a sauvé les meubles, le samedi 16 janvier dernier à Prévost, alors qu’un camion à six roues est venu dégager l’amoncellement de neige bloquant la rue de la Source, ce qui a permis d’acheminer une personne souffrante à l’hôpital.

Le sous-traitant, l’Entreprise Lake, n’a pu dégager la rue, vu que certains de ses véhicules ont été mis hors de combat dans des fossés, lors de la même tempête. Le sous-traitant nettoie normalement le secteur A de Prévost. Le contracteur du secteur B a été appelé en renfort, pendant plus d’une douzaine d’heures, pour déblayer certaines parties du secteur A.

C’est en fin d’après-midi que des appels ont été logés pour déneiger l’artère de la Source, située à l’ouest de l’autoroute 15, afin de permettre à une ambulance de se rendre à un domicile.

« L’appel pour une ambulance est entré à 16h20, le 16 janvier 2021, pour un trans-port non urgent. Un de nos véhicules se trouvait dans le secteur et est rapidement arrivé à 16h32, au coin de la montée Sainte-Thérèse et de la rue de la Source. Sauf qu’il ne pouvait se rendre jusqu’à l’adresse indiquée, car il y avait trop de neige dans la rue de la Source », a relaté M. Stéphane Maillet, directeur des opérations aux Services préhospitaliers de Lanaudière-Laurentides (SPLL).

Les ambulanciers ont dû attendre près d’une heure et vingt minutes, avant de pouvoir porter secours au demandeur.

« Notre unité est arrivée sur les lieux à 17h49, après le déneigement de la rue. Il y a eu un impact évident sur la durée de l’intervention. La personne transportée était bien en vie à son arrivée au CH (Centre hospitalier). Si c’était plus urgent, nous aurions pu appliquer le processus du mode sauvetage », a ajouté M. Maillet.

La Sûreté du Québec a aussi confirmé être intervenue lors de cet événement.

« Nous avons ouvert une carte d’appel, qui indique que vers 17h, nos patrouilleurs sont venus en aide aux intervenants d’urgences, à la rue de la Source, à Prévost », a commenté le Sergent Claude Denis, du Service des communications de la SQ.

L’intensité des chutes de neige (5 cm à l’heure), jumelée aux bris d’équipements, ont forcé les travailleurs à continuer les opérations le dimanche 17 janvier.

Appelé à commenter la situation du déneigement (dans les clos), qualifiée par le citoyen Nicolas Larouche de « situation inacceptable », lors de la séance virtuelle du conseil municipal du lundi 18 janvier, le maire Germain l’a analysée ainsi :

« Vous avez raison, M. Larouche. Personnellement, j’ai été très insatisfait de comment ça s’est passé. Quatre véhicules ont pris le clos, sans faire de jeu de mots. J’ai rencontré ce matin (lundi 18 janvier) les deux entrepreneurs (…) Je m’attends et j’exige des améliorations lors des prochaines tempêtes. (…) Ils sont supposés connaître nos parcours et donner un service impeccable. Malheureusement, ce n’est pas ce qu’on a eu », a-t-il évalué.

Le contracteur Sigouin a tout de même remplacé au pied levé le sous-traitant, à la rue de la Source.

« D’un autre côté, il y a eu plusieurs accidents d’appareils, qui ont cassé. Ce n’est pas un travail facile. Ces jeunes-là se sont levés au milieu de la nuit. Ils ont travaillé 10, 12 heures et peut-être plus. (…) On a dégagé nos responsables de patinoires, pour qu’ils puissent venir prêter main-forte. On avait notre rétrocaveuse, aussi en action. On a fait notre maximum. Malheureusement, les services auxquels on devait s’attendre, on les a eus de façon très mitigée. »

Le sous-traitant Mathieu Lake, joint au télé-phone, a commenté ainsi les événements.

« J’ai mis deux machineries supplémentaires sur le chemin pour compenser, sans en louer. Dès 20h, samedi soir, tout était revenu à la normale dans les opérations. Je ne veux pas minimiser l’événement, mais vu qu’on était pris de l’autre bord, à l’est de Prévost avec nos sorties de route, on a demandé à Dom (Sigouin) d’aller à l’ouest de l’autoroute 15, à la rue de la Source. »

Doménick Sigouin a vécu la tempête d’un autre point de vue.

« C’est mon chauffeur du six roues, Rémi Langlois, qui est allé aider à la rue de la Source. Dans le secteur A, qui n’est pas le mien, j’ai personnellement passé le peigne (gratte dentelée) avec ma niveleuse, alors que mon adjoint, Philippe Daigneault, a gratté le même secteur pendant des heures avec le chargeur sur roues ».

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.