Le MAMROT donne à nouveau raison aux autorités de Saint-Jérôme dans le dossier du Quartier 50+.

| Par mychel_lapointe

Quartier 50+: Le MAMROT donne raison à l’administration Gascon

Le ministère des Affaires municipales vient une nouvelle fois de donner raison à l’administration de la Ville de Saint-Jérôme dans le dossier du Quartier 50+.

En effet, suite à une nouvelle démarche de l’ancien maire de Saint-Jérôme, Jean-Claude Hébert, les dirigeants du MAMROT endossent la façon de faire des autorités jérômiennes.

Dans les règles

C’est ce qu’on souligne dans un communiqué de presse émis il y a quelques minutes par la Ville de Saint-Jérôme. On y parle des démarches de Jean-Claude Hébert sans le nommer expressément.

«On se souviendra que dans le dossier du Quartier 50+, un adversaire politique de l’administration de la Ville de Saint-Jérôme avait porté plainte auprès du ministère des Affaires municipales afin de démontrer l’illégalité du financement du centre. Le MAMROT n’avait pas cru bon d’aller plus loin, affirmant qu’aucun motif raisonnable ne permettait de croire qu’il y avait eu infraction. Ne démordant pas, ce même adversaire avait adressé une deuxième plainte concernant ce dossier … Pour la troisième fois, le commissaire aux plaintes du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire transmettait une lettre au directeur général de la Ville de Saint-Jérôme, confirmer ainsi que tout avait été fait dans les règles selon la Loi sur les cités et villes » peut-on y lire.

Quant à la décision, «dans sa lettre du 21 février dernier, le commissaire du MAMROT, M. Marc-André Thivierge, indique clairement que le dossier est clos. ‘Concernant le bail signé entre la Ville de Saint-Jérôme et la compagnie Eagle Lumber ltée pour la location d’un immeuble au 425 – 435, boulevard Jean-Baptiste-Rolland Est (Quartier 50+), je vous informe que l’engagement de crédit soumis au Ministère a été approuvé par le ministre le 26 octobre 2007, et ce, conformément à l’article 29.3 de la Loi sur les cités et villes. Nous avons également avisé le plaignant que le Ministère n’entend pas poursuivre davantage et considère le dossier clos’ écrit le commissaire».

Petite politique

Une conclusion qui, on s’en doute bien, réjouit le maire Marc Gascon qui ne se dit pas surpris.

«Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, la formule que nous avons utilisée pour le financement du Quartier 50+ est légale et pratique courante dans les municipalités du Québec. Je ne suis pas étonné des conclusions du Ministère. Cette controverse a été montée de toutes pièces par un adversaire qui critique systématiquement toutes les décisions de notre Administration dans le but de faire de la petite politique, de salir l’image de la Ville et de nous discréditer en tant qu’élus. À présent, j’invite mes adversaires à promouvoir ce franc succès qu’est le Quartier 50+, une réalisation remarquable pour toute la communauté » commente le maire.

Plus de détails à venir.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.