Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, délie les cordons de la bourse pour les programmes particuliers. (Crédit photo: Facebook Jean-François Roberge)
|

Les profils incluent aux investissements

Par Luc Robert

Afin d’augmenter l’offre et l’accessibilité des programmes pédagogiques particuliers (PPP), le ministère de l’Éducation a annoncé le 6 juin dernier un investissement total de 29,5 millions de dollars.

Dès la rentrée 2022-2023, les frais de tous les programmes pédagogiques particuliers, dans les écoles publiques secondaires, seront assumés par les écoles, jusqu’à concurrence de 200 $. L’accès à ces programmes sera dorénavant gratuit pour plus de 60 % des participants. Les élèves inscrits à un PPP, dont le coût d’accès est supérieur à 200 $, profiteront d’une diminution de 200 $ de leur facture totale. L’ensemble des parents d’élèves inscrits à un PPP tireront profit de cette nouvelle mesure, à l’exception de ceux pour qui la facture était déjà sans frais.

Profils inclus

D’après le communiqué du MEQ, les programmes pédagogiques particuliers touchés sont : les sport-études, les programmes d’arts-études (l’art dramatique, les arts plastiques, la danse et la musique), les programmes d’éducation internationale (PEI); les différentes concentrations et divers profils sportifs, artistiques, scientifiques, langagiers, culturels, entrepreneuriaux et autres, qui font partie du projet éducatif de l’école et, à ce titre, sont approuvés par le conseil d’établissement.

« L’objectif poursuivi par cet investissement rejoint celui que nous avions, en mettant fin à la régionalisation des programmes. » – Nadyne Brochu du CSSRDN

« Comme nous le disons depuis le début de cette saga, nous sommes d’accord que l’accessibilité à plus de jeunes soit mise de l’avant. Ceci dit, nous ne voyons toujours rien pour les jeunes qui se démarquent dans leur discipline et qui ont un besoin essentiel de performer à un niveau supérieur. Le CSSRDN (Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord) doit trouver une solution pour ces jeunes, car ils risquent d’être démotivés de façon importante », a souligné M. André Daoust, un des quatre auteurs de la page Facebook « Contre l’abolition des programmes régionaux par le CSSRDN », qui regroupe 1 900 membres.

La nouvelle mesure budgétaire totalisera 27,8 millions de dollars pour l’année scolaire 2022-2023. À ce montant s’ajoutera une somme de 1,7 million de dollars, réservée à l’achat d’équipements et à l’amélioration des infrastructures de pratique sportive et culturelle.

Toujours selon le même communiqué, « afin de rehausser l’accessibilité à ces programmes, le gouvernement amorce des travaux, pour que chaque école secondaire publique puisse proposer, à terme, au moins un PPP aux élèves qui s’y inscrivent. Le déploiement graduel de cet ajout d’options s’amorcera dès la rentrée scolaire 2023-2024. »

Filière sportive

« Ces programmes ont un coût parfois élevé, qui constitue une barrière d’accès pour certains élèves. Nous souhaitons que tous puissent y avoir accès », a commenté M. Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation.

L’annonce aurait toutefois des implications limitées à la CSSRDN, en ce qui touche les profils régionaux.

« L’annonce n’a rien à voir avec la décision du CSSRDN, ni pour le transport ni pour la transformation des programmes régionaux en profils locaux. Toutefois, l’objectif poursuivi par cet investissement rejoint celui que nous avions, en mettant fin à la régionalisation des programmes : permettre à un plus grand nombre d’élèves de bénéficier d’une gamme variée de projets pédagogiques particuliers à leur école de quartier », a commenté Mme Nadyne Brochu, conseillère en communication au CSSRDN.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.