(Photo : Courtoisie)
Karyne Beaudry est directrice du CPE La Petite Académie, à Saint-Jérôme.
|

Les listes d’attente explosent

Par Simon Cordeau

Au Québec, 51 000 enfants nés sont en attente d’une place en garderie. Combien dans les Laurentides? Impossible de le savoir, puisque le site web du guichet unique du gouvernement pour s’inscrire, Place 0-5, est présentement désactivé, à la suite d’un vol de données personnelles. Mais Karyne Beaudry, directrice générale du CPE La Petite Académie, à Saint -Jérôme, a vu le nombre de noms sur sa liste d’attente exploser depuis l’année dernière.

En août 2020, Mme Beaudry avait 480 noms sur sa liste d’attente. En avril 2021, il y en avait 1130. « Il y a des bébés qui ne sont pas nés, là-dessus. Il y a aussi des enfants dans des garderies privées qui attendent », précise-t-elle. N’empêche, le manque est criant, puisque Mme Beaudry ne dispose que de… 44 places sur son permis. Cela comprend un groupe pour les 18 mois, un pour les 2 ans, un pour les 3 ans et deux pour les 4 ans.

« Si un enfant entre à 18 mois, je ne prends pas d’autre enfant avant qu’il ait 4 ans. Donc ça peut prendre entre 1 et 3 ans avant que la place ne se libère. Dans les grosses installations de 80 places, il y a plus de roulement et plus de groupes », explique la directrice.

« Les parents sont vraiment pris en otage. Les options ne sont pas énormes. On peut voir si maman ou papa peut rester à la maison, si une voisine pourrait garder les enfants. Mais même les services de garde en milieu familial sont terriblement touchés par la pandémie », déplore-t-elle.

Créer des nouvelles places : un long parcours

Ça prend en moyenne 18 mois pour créer de nouvelles places, par exemple en créant un nouveau centre de la petite enfance (CPE) ou en agrandissant. « Il y a 19 étapes à franchir. On débute avec le dépôt des demandes. Le Ministère de la famille analyse si le projet est réaliste et s’il entre dans leur cadre financier. Puis on va à la municipalité. Certaines sont plus rapides que d’autres, certaines doivent faire un changement de zonage. Après, c’est la construction… », énumère Mme Beaudry.

Les parents sont vraiment pris en otage. -Karyne Beaudry

Plusieurs CPE, malgré les efforts, abandonnent en chemin. En février dernier, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a lui-même admis que le développement des CPE « ne fonctionne plus ». C’est pourquoi il a récemment simplifié le processus, réduisant le nombre d’étapes à 9.

Mme Beaudry s’en réjouit, et voit déjà les effets sur le terrain. « Je pense vraiment que c’est plein de bon sens. On nous a écouté et ça paraît. » Son projet d’agrandissement, qui pourra accueillir 20 poupons, a ainsi été devancé d’un an.

Il devrait voir la première pelletée de terre en septembre et être complété en juin 2022.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.