| Par Simon Cordeau

Les Laurentides en retard

La climatisation des CHSLD progresse au Québec, selon un récent rapport de l’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP). En 2019, seulement 19,4 % des chambres étaient climatisées. En 2021, la proportion avait monté à 43,4 %. Les Laurentides, toutefois, tirent de l’arrière.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides gère 16 CHSLD publics. Sur 1 877 chambres, 590 sont climatisées par un système de climatisation centrale, soit 31,4 % des chambres. Il y a deux ans, la proportion n’était que de 12,7 %.

« Il y a un gros travail qui a été fait ces deux, trois dernières années. C’était déjà entamé, et la pandémie a accéléré les choses », explique Patrick Bureau, directeur des services techniques au CISSS des Laurentides.

Il précise que cette donnée brute cache une réalité plus complexe. Un autre 30 à 40 % des chambres sont climatisées par des appareils temporaires, en plus des 31,4 % climatisées par le système central. Des climatiseurs mobiles permettent aussi de rafraîchir l’ensemble des corridors des CHSLD sous sa gouverne. Sans compter les salles communes sur chaque étage qui deviennent des zones fraîcheur durant les canicules. « Comme directeur, je pourrais dire qu’on est à 100 % », affirme M. Bureau.

Retard des Laurentides

Il reste tout de même du travail à faire, admet M. Bureau. « Ce qu’on souhaite faire, dans les prochaines années, c’est pérenniser les systèmes. » Toutefois, la vétusté des bâtiments hospitaliers rend la tâche difficile.

Par ailleurs, ce problème n’en est qu’un parmi d’autres, rappelle Dre Lyne Couture, vice-présidente de l’Association des médecins omnipraticiens Laurentides- Lanaudière (AMOLL).

« En termes de financement en santé et en services sociaux, les Laurentides sont en queue de peloton. Donc je ne suis pas surprise. Nous sommes en retard partout, tout le temps. »

Il faut se réjouir du progrès fait ces deux dernières années, insiste-elle, mais elle note que l’espérance de vie en CHSLD est de 24 mois. « Ceux qui sont morts entre les deux, ils ont toujours eu chaud. Si on veut de la dignité et du confort pour nos personnes âgées, il faut faire mieux. »

Prévention et hydratation

Dre Couture souligne l’importance d’une climatisation adéquate des milieux de vie. « C’est fondamental. Il faut comprendre : qui est la clientèle des CHSLD? Ce sont des gens qui ont des limites : des déficits physiques, des troubles neurocognitifs, ou les deux. Déjà une personne âgée autonome ressent moins qu’elle a soif ou qu’elle a chaud. On fait déjà de la prévention auprès d’elles, pour qu’elles fassent un effort conscient de s’hydrater et de se rafraîchir. » Avec une clientèle moins autonome, la difficulté est encore plus grande et demande davantage de vigilance.

Cependant, M. Bureau se veut rassurant. « Dans les CHSLD publics des Laurentides, on a les outils nécessaires pour faire face aux canicules. Si quelqu’un éprouve un inconfort, on fait tout ce qu’il faut pour corriger la situation. On suit ça sur notre tableau de bord, tout le temps. »

Climatisation des chambres en CHSLD

Tout le Québec

2019 : 19,4 %

2021 : 43,4 %

CISSS des Laurentides

2019 : 12,7 %

2021 : 31,4 %

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.