|

Les Laurentides au-dessus de la moyenne provinciale

Par Aurélie Moulun

Les bibliothèques des Laurentides obtiennent une note de 76 % quant à leur offre de service, alors que la moyenne provinciale atteint 66 %, d’après un rapport de l’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ). Seulement 5 des 17 régions administratives du Québec ont un niveau de service suffisant et les Laurentides en font partie.

Le 17 octobre dernier, l’ABPQ, en collaboration avec le Réseau BIBLIO du Québec, présentait son tout premier Portrait national des bibliothèques publiques québécoises. En étudiant cinq indicateurs, l’association évaluait les ressources et les services de base pour chaque région administrative.

Les Laurentides obtiennent des notes qui surpassent ou égalent la moyenne provinciale pour pratiquement tous les indicateurs. Toutefois, la superficie des bibliothèques publiques de la région est insuffisante. Sur ce point, L’ABPQ n’accorde que 61 %.

« La superficie d’une bibliothèque devrait correspondre à la taille de la population desservie afin de garantir l’espace nécessaire pour lui offrir des services de qualité », peut-on lire dans le rapport. « On constate qu’il y a un manque d’investissements à ce niveau-là », indique Ève Lagacé, directrice générale de l’ABPQ.

Pourtant, de manière globale au Québec, ce n’est pas la superficie des bibliothèques qui constitue la plus grande difficulté. « On remarque que ce qu’il manque le plus se situe au niveau des ressources humaines. Il manque majoritairement de professionnels et de techniciens dans les bibliothèques », souligne la directrice générale. Bien que les Laurentides aient une note plus élevée que la moyenne concernant cet indicateur, il reste du travail à faire. Dans la région, il manquerait 55 employé(e)s, 31 technicien( ne)s ainsi que 40 bibliothécaires.

Encourager et outiller

« Le but de ce rapport est d’outiller les décideurs. D’une part, on veut accompagner les municipalités en soulignant l’excellence et, d’autre part, les aider à comprendre où il faut mettre davantage d’efforts », explique Ève Lagacé. Elle indique d’ailleurs que chaque Municipalité a reçu une copie plus détaillée de la situation sur son territoire.

Afin de déterminer si une bibliothèque possède une offre de service suffisante, cinq indicateurs étaient étudiés. • Les acquisitions de livres et le rafraichissement des collections

• Les heures d’ouverture

• La superficie

• Les ressources humaines (les employé(e)s, les technicien(ne)s et les bibliothécaires)

• Le nombre de places assises

Un prochain bilan plus sombre

Afin de réaliser ce rapport, l’ABPQ s’est basée sur les données de l’année 2019. L’année 2020, perturbée par la pandémie, ne constitue pas une année de référence. « Pour la prochaine édition, je crois qu’il faut s’attendre à ce que les données soient pires dans les Laurentides. Il y a eu un gros boom dans la région puisque beaucoup de gens sont venus s’y installer pendant la pandémie », explique Ève Lagacé.

Portrait du niveau de service dans les Laurentides et dans la province

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.