| Par lpbw

L'autonomie des personnes âgées en jeu

TRANSPORT. Lors de la dernière séance du conseil, Mme Nicole Gaudry, résidente de Saint-Jérôme, a alerté le maire quant au fait que le nombre d’arrêts d’autobus était passé de 13 à 5 dans le centre-ville de Saint-Jérôme. Cette modification dans les trajets d’autobus, selon le nouveau plan du Conseil (CITL) entré en vigueur le 10 août dernier, dessert considérablement les personnes âgées ainsi que celles qui ont de la difficulté à marcher « Des discussions sont en cours. Ma position est claire : aucun aîné ne sera pris en otage. On va faire des pressions », a répondu le maire, Stéphane Maher précisant qu’une rencontre avec le Conseil intermunicipal de transport des Laurentides (CITL) est prévue le 22 septembre prochain.

« J’ai tellement rencontré de gens dans les autobus, désemparés, des personnes âgées dans le centre-ville qui disaient qu’elles avaient trop à marcher et qu’elles ne pourraient plus y venir! » explique Mme Gaudry.

D’ailleurs des plaintes ont déjà été déposées plaines au CITL, à la centrale des citoyens ainsi qu’à la Chambre de commerce.

« Le maire nous a dit qu’il y aurait un petit autobus qui transporterait les gens, mais nous, ce n’est pas ce qu’on veut. On est des citoyens à part entière et on veut un service régulier comme tout le monde. Ils nous ont enlevé notre autonomie alors que le gouvernement veut tant que les personnes âgées restent à domicile », soutient Mme Gaudry insistant sur le fait que les personnes âgées sont encore très actives, par exemple dans le bénévolat.

Présentement, tous les autobus convergent vers le Cégep : « les petits cégépiens ont de bonnes jambes et il y en a beaucoup qui ont des voitures. Il n’y a aucun arrêt sur du Palais ni sur Parent », nous explique Nicole Gaudry ajoutant il y avait toujours beaucoup de gens à ces arrêts-là. « Ces personnes-là sont presque en panique ou en pleurs parce que maintenant il faut que l’on marche jusqu’au Cégep ou jusqu’à la gare. »

Sans compter les résidences de personnes âgées comme sur les rues des Pins et Aubry qui ne sont plus desservis par l’autobus.

Rencontre le 22 septembre

De son côté, Chantal Ratté, directrice adjointe du Conseil intermunicipal de transport des Laurentides (CITL) se veut rassurante. « On entend les gens, tout est noté. C’est important pour nous d’avoir la satisfaction de la majorité de nos clients. On ne veut pas mieux servir les étudiants au détriment des personnes âgées. »

« C’est sûr qu’on va arriver à une solution qui va satisfaire tout le monde, on est dans une période de rodage », ajoute-t-elle.

Mme Ratté explique que l’objectif de la ligne 9 était de rendre le service plus rapide « pour aller chercher davantage la clientèle des travailleurs et des étudiants, qu’ils soient attirés par l’autobus. Donc on a éliminé la 4 et fait monter la 9, maintenant avec un haut niveau de fréquence jusqu’à Lafontaine. »

« On essaie toujours de rendre le service plus efficace pour la plus grande majorité quand on fait du transport collectif. Ce n’est pas qu’on néglige les autres, mais à moment donné, il faut faire des choix. Pour compenser, on s’est entendu avec la Ville pour offrir un service personnalisé pour seulement 1 $, le vendredi, de porte-à-porte, pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Pour l’instant, on lance le service. »

Chantal Ratté fait remarquer par ailleurs que ce service alternatif fonctionne très bien dans les autres villes. «Il va juste falloir ajuster ».

« Pour l’instant ici on a reçu des plaintes et on s’est entendu avec la Ville qu’à la mi-septembre on analysait tout ça, on évaluait s’il y avait des correctifs à apporter et les impacts des correctifs. On va faire des propositions à la ville, on les rencontre le 22 septembre ».

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.