| Par lpbw

La CSST inquiète de la stabilité de l'édifice gouvernemental qui l'abrite

SAINT-JÉRÔME. Le personnel de la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) s’inquiète de la stabilité de l’édifice gouvernemental qui abrite la direction régionale de la CSST ainsi que d’autres services gouvernementaux.

Récemment, cet édifice, situé au 85 rue de Martigny Ouest à Saint-Jérôme, a fait l’objet d’un rapport d’intervention de la CSST où il était question de béton fragilisé et de l’urgence de procéder à des travaux, sinon la sécurité des occupants du bâtiment risquait d’être compromise, affirme le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

« Le rapport de la CSST du 2 septembre n’a rien de rassurant. Il est question de possibilité de rupture subite d’une dalle de béton et de son armature qui sont fragilisées, donc d’effondrement. Nos membres qui veillent à la santé et sécurité des travailleurs sont inquiets pour la leur et celle de la population qui entre chaque jour dans l’édifice. On peut dire que dans ce dossier, la CSST est un cordonnier mal chaussé », s’indigne Sylvain Gendron, président régional du SFPQ.

Dans son premier rapport, la CSST questionnait la sécurité des usagers tant que des travaux de réfection ne seraient pas complétés. Bien que ces travaux urgents soient en cours, les bureaux demeurent ouverts et cela inquiète le personnel.

Le SFPQ souhaite prendre connaissance du dernier rapport commandé à un ingénieur indépendant pour s’assurer de la sécurité des lieux durant la période des travaux.

« Le gestionnaire de l’édifice (la Société québécoise des infrastructures) refuse de partager les informations contenues dans ce rapport indépendant. Depuis 2009, le personnel est à même de constater que l’immeuble se dégrade dangereusement et souhaite être rassuré dans les plus brefs délais, » explique le porte-parole du SFPQ.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.