Gabrielle Doiron

| Par lpbw

Des traumatisés crâniens se racontent aux finissants

À l’approche du bal des finissants, des traumatisés crâniens ont livré de vibrants témoignages afin d’inciter les finissants à conduire prudemment et intelligemment, jeudi dernier, à l’Académie Lafontaine.

Ces personnes, qui ont perdu plusieurs facultés physiques après un accident automobile, ont raconté leur histoire touchante pour sensibiliser les jeunes de secondaire 5.

À 17 ans, Guillaume, qui n’était pas attaché, s’est endormi au volant. Sa voiture est entrée en contact avec un muret de ciment. Cet accident lui a fait perdre la vue. « L’accident a changé ma vie totalement», a-t-il dit.

Après cet épisode, ce jeune homme, qui était dans une gang de rue, a vu son réseau social éclater. «J’avais une trentaine d’amis, si ce n’est pas plus. Maintenant, mes amis, je peux les compter sur les doigts de ma main», explique-t-il.

Guillaume parle avec tristesse de sa copine qui l’a quitté après six ans de fréquentation puisqu’elle était incapable d’accepter l’état dans lequel il était. « Je l’ai revu, il y a quelques jours, ça m’a tellement fait du bien», dit-il, la gorge nouée par l’émotion.

Celui qui se décrit comme étant un gars «frais chié» et «fendant» avant son traumatisme crânien et redescendu les deux pieds sur terre. Guillaume est maintenant un jeune jovial et drôle qui veut aider son prochain. «Si grâce à mon témoignage, je peux sauver une vie. J’aurais fait mon travail», dit-il, humblement.

Guillaume ne se laisse pas décourager par son handicap et continue d’être très actif. Entre autres, il joue au hockey, fait de la planche à neige et de la course automobile en plus de faire du bénévolat.

Victime du brouillard

Après une soirée à occuper le rôle de barman lors d’un mariage d’un membre de sa famille, Patrick ne se doutait pas que ça vie allait changer à jamais. Alors qu’il empruntait l’autoroute, un camion «10 roues» a heurté son véhicule de plein fouet. Le brouillard cette soirée-là a nui à sa vision. Patrick n’avait pas bu une goutte d’alcool.

Cet accident qui l’a laissé un mois et demi dans le coma le hantera toute sa vie. « Aujourd’hui, je ne vois plus du côté gauche, je ne peux pu travailler et conduire. Je fais des crises d’épilepsie. Avant, j’étais très en forme», raconte-t-il.

Sa blonde avec qui il devait emménager a rompu après cet accident.

Ce trentenaire a invité les jeunes à la prudence en voiture à l’approche des festivités de fin d’année. « Si vous buvez, appelez quelqu’un. C’est certain qu’il y a d’autres alternatives. Soyez prudent sur la route et parlez-en à vos amis», a-t-il dit.

Dans la peau d’un traumatisé crânien

Pour mieux sensibiliser les jeunes, quelques élèves ont passé la journée dans la peau d’un traumatisé crânien. Assis dans un fauteuil roulant et un collet cervical au cou, ces jeunes ont pu, en partie, comprendre la réalité des traumatisés crâniens. « Durant la journée, j’ai subi les regards interrogateurs et apeurés des gens», a dit Alicia.

« Je ne souhaite pas ça à personne. C’était très bizarre et inconfortable», a commenté un autre participant.

Jean-François Gratton, du Service de police de Saint-Jérôme, a rappelé aux finissants d’être prudents sur la route. « Un morceau de tôle ça se déplie, mais un corps humain ça ne se déplie pas», a-t-il dit.

Cette activité se poursuivra à l’École secondaire des Hauts-Sommets ( 15 mai), l’École secondaire Saint-Stanislas ( 23 mai), la Polyvalente de Saint-Jérôme ( 28 mai), l’École secondaire Cap-Jeunesse (31 mai) et finalement à l’École Frenette (7 juin).

Soulignons qu’une simulation d’accident de la route aura lieu à la Polyvalente de Saint-Jérôme, le 3 juin, en avant-midi.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.