|

« C'est une question de temps avant que ça explose » – Dr Lepage

Par Lpbw

SANTÉ. Le Dr Robert Lepage soutient que l’IOL ne fermera pas. Il fonctionne tel le bureau d’un médecin de famille. Médecin qui donne un service public, facture des frais accessoires.

En ce qui concerne les services pour lesquels il n’y a pas d’entente en termes de tarif ou de subvention gouvernementale, avec la Régie d’assurance maladie du Québec (RAMQ), l’IOL va offrir aux gens de se payer ce service, s’ils le veulent.

Certes les patients ne seront plus subventionnés pour certains actes médicaux à partir du 1er juillet, mais le Dr Lepage affirme que ça ne va pas les empêcher « d’opérer, d’offrir les mêmes services, la même accessibilité ».

Qu’arrivera-t-il en juillet?

« Les hôpitaux de la région se sont réorganisés en partie pour offrir ces services, mais au jour d’aujourd’hui la réorganisation qui est supposée avoir eu lieu à Sainte-Agathe, Saint-Jérôme et Saint-Eustache offre moins qui ce que nous offrions avant d’ouvrir ici, soutient le Dr Lepage. Ils ne sont pas plus avancés. C’est une question de temps avant que ça explose encore. »

Selon lui, le gouvernement « gère un budget de santé et n’est pas capable de payer pour tout le monde. Ils mettent la pression sur les intervenants du système en disant à tous les patients “on vous donne le meilleur qu’on peut” et les gens qui travaillent là sont pris à cause du manque de ressources. Et c’est comme ça que les médecins, les infirmières, les préposés, se brûlent, pris avec une demande irréaliste à laquelle ils ne sont pas capables de faire face. Nous c’est ce qu’on a réglé ici avec le partenariat public-privé (PPP). »

Bilan, les patients n’auraient pas accès au système. « Donc, c’est une question de temps avant que les gens qui ne viendront plus ici appellent à l’hôpital et tombent sur une liste d’attente. C’est inévitable ça, va ré-exploser et là, quelqu’un va venir cogner ici pour demander qu’on les aide. Ou ce sont les patients qui vont accepter de payer ce qu’on ne reçoit plus du gouvernement. On prend déjà des rendez-vous et on a un taux de 95 % de gens qui acceptent. » Le coût d’une opération de la cataracte serait de 295 $.

« Quand la rumeur dit que l’Institut de l’œil va fermer ces portes, c’est faux. On va continuer à opérer en facturant un prix accessible juste et raisonnable au patient. On n’est pas une clinique privée, dit de son côté Stéphane Bédard, mentionnant que les 60 000 patients ne pourront pas être vus à l’hôpital. Il y 22 salles d’examens ici! » L’IOL essaye également de développer avec l’hôpital un concept de complémentarité.

En conclusion, le directeur général souligne que l’Institut est un « modèle innovateur » que les gens à travers le monde aimeraient copier. « On existe et on l’intention d’exister.

On est autonome et indépendant. »

« On a révolutionné l’ophtalmologie. Et on n’a pas les bras pris dans des administrations lourdes, » estime le Dr Lepage ajoutant que les prochains mois vont être déterminants. Il a d’ailleurs parié que vers Noël le gouvernement pourrait revenir cogner à la porte de l’IOL.

L’Institut de l’œil des Laurentides

L’Institut de l’œil des Laurentides (IOL) a vu le jour le 9 avril 2010. C’est une équipe de neuf ophtalmologistes, neuf optométristes, deux médecins généralistes. L’IOL comporte 22 salles d’examens.

C’est aussi un centre de recherche clinique composé d’une équipe d’ophtalmologistes spécialisés dans différents champs d’expertise et d’optométristes. L’institut est reconnu comme lieu de stages de formation des optométristes par l’Université de Montréal. L’institut a été agréé avec la mention d’honneur par Agrément Canada – Il est situé à Boisbriand.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.