| Par lpbw

« C'est inacceptable », dit Stéphane Maher

SAINT-JÉRÔME. Réagissant à l’annonce que les 120 Centres locaux de développement (CLD), une structure créée par le PQ pour soutenir les entreprises, sont appelés à disparaître et au fait que la moitié des budgets seraient transférés aux municipalités, le maire de Saint-Jérôme et président du CLD Rivière du Nord, Stéphane Maher, dénonce dans un premier temps que « la façon dont ça été fait est inacceptable».

« C’est inacceptable que le ministre Moreau agisse ainsi d’autant plus que les CLD ne relèvent pas du ministère des Affaires municipales, mais du ministre du Développement économique qui est sous la gouvernance du ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Exportation, Jacques Daoust. Ensuite, je m’explique mal que l’actuel gouvernement libéral, qui prône le développement économique, veuille sabrer dans les CLD », dénonce M. Maher.

Rappelant que 1 200 personnes travaillent pour les CLD, 3 000 bénévoles et que, plus important encore, ils traitent 30 000 demandes d’aides par année provenant des entrepreneurs le maire martèle t qu’il est tout à fait contre leur disparition.

Le budget d’opération du CLD est de plus ou moins 1 million de dollars dont 425 000 $ provient des villes en ce qui concerne le CLD Rivière du Nord précise par ailleurs Stéphane Maher.

Ce dernier s’insurge contre le fait que Pierre Moreau ait convoqué en secret les dirigeants de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et de l’Union des municipalités (UMQ), pour leur faire part des intentions du gouvernement. « Il faut que l’UMQ se positionne rapidement, » nous dit le président du CLD.

« C’est une grave erreur de la part du gouvernement»

Même son de cloche pour Bruno Laroche, le préfet de la MRC Rivière-du-Nord et maire de Saint-Hippolyte. « C’est une grave erreur de la part du gouvernement. Personnellement je trouve cela inacceptable. D’autant que les centres locaux ont développé une expertise extraordinaire au fils des ans.» Il mentionne également que le fait que les CLD soient apolitiques est précieux : « il ne sera jamais question de partisannerie ».

« Le CLD crée des emplois, maintien des emplois, aide des jeunes entrepreneurs à démarrer », insiste-t-il.

Pour lui aussi leur disparition va l’encontre de la vision économique du Parti libéral du Québec. . « Déjà que budget des CLD a été coupé de 10 %. Ça va à l’encontre du message du PLQ : l’économie d’abord et avant tout »

« Nos entreprises locales en dépendent et le CLD a développé une expertise au cours des années. Notre CLD est aussi un des plus performants au Québec. Ça serait une immense déception pour moi et je suis convaincu que les maires de la MRC vont aller dans le même sens.»

Bruno Laroche reconnaît que le fait que le gouvernement cherche à revoir les structures n’est pas une mauvaise chose. Il espère seulement qu’il va écouter ceux qui travaillent étroitement avec eux, les MRC, les entrepreneurs, les partenaires.

Le CLD Rivière du Nord

On se souvient que le CLD Rivière du Nord avait remporté le Grand Prix "La Part du Lion", en avril 2013, lors du Gala Zénith de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Jérôme, un prix remis à un organisme qui s’est distingué pour ses services aux gens d’affaires de notre milieu, confirmant ainsi le travail important que l’organisme fait dans son milieu depuis 25 ans.

Au cours de l’année 2013, le CLD Rivière du Nord a traité plus de 500 dossiers, un record, soit 422 dossiers d’entreprises et 115 dossiers d’activités de tous genres.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.