Vitamine C : Nathalie Prud’homme doit relancer la pétition

Photo de France Poirier
Par France Poirier
Vitamine C : Nathalie Prud’homme doit relancer la pétition
Nathalie Prud’homme lors de l’une de ses injections de vitamine C. (Photo : Courtoisie)

La Jéromienne Nathalie Prud’homme a reçu tout un appui de la comédienne Anick Lemay qui a subi une double mastectomie en avril dernier.

C’est lors de son passage à l’émission de grande écoute « Tout le monde en parle », dimanche dernier, que la comédienne a parlé de l’implication de Nathalie Prud’homme pour la vitamine C en la présentant dans l’assistance. L’animateur Guy A. Lepage a aussi invité les gens à signer la pétition sur le site de l’assemblée nationale www.assnat.qc.ca/petitions d’ici le 28 février 2019.

Quand on demande à la comédienne pourquoi elle a décidé d’appuyer Mme Prud’homme qu’elle connaît depuis peu par les réseaux sociaux, elle répond : «  Son bon cœur, sa persévérance et surtout parce qu’elle fait tout ça pour aider les autres. Elle, elle l’a déjà sa vitamine C, elle pourrait la prendre bien relax et se foutre des autres. Mais non, elle mène ce combat pour tous, alors c’est important de l’appuyer ».

Reprendre la pétition

Celle qui mène un combat pour la création d’un registre * québécois pour les injections de vitamine C pour les personnes atteintes de cancer comme traitement complémentaire doit reprendre du début. En effet, la pétition record de 51 844 signataires qui avait été déposée à l’Assemblée nationale par l’ancien député Marc Bourcier n’est plus valide à cause de la dissolution du gouvernement en vue des élections de l’automne dernier.

Nathalie Prud’homme avait découvert les bienfaits de la vitamine C à haute dose qu’elle recevait en Ontario. Puis, elle s’est battue pour obtenir ce traitement au Québec.

Maintenant, elle désire que celui-ci soit disponible pour tous ceux et celles qui vivent avec le cancer, car ça peut atténuer de façon significative les effets secondaires et augmente ainsi la qualité de vie des patients.

Elle qui vit avec un cancer incurable depuis de nombreuses années et qui est toujours en traitement, reçoit la vitamine C à haute dose et y voit les bienfaits.

« Ceux qui ne veulent pas fentanyl, de morphine ou de naproxen pourraient avoir le choix de prendre l’injection de vitamine C », souligne Nathalie Prud’homme.

Il faut savoir que la vitamine C est déjà approuvée par Santé Canada pour traiter d’autres maladies ou pallier des carences et que le produit est déjà inscrit sur la liste des médicaments de la majorité des établissements de santé du Québec.

Qu’est-ce qu’un registre ?

– Un registre sert à recueillir   des données en faisant   remplir un formulaire aux   patients.

– Ensuite elles sont enregistrées à des fins d’études par des experts.

– Tout est fait dans le respect du code de déontologie des médecins afin de leur premettre de prescrire le médicament dans un contexte de recherche clinique. 

– La clinique de Recherche oncologie Montréal va soumettre bientôt le protocole au comité d’éthique.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Marie-Josee Blier Auteurs de commentaires récents
  S'abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Marie-Josee Blier
Guest
Marie-Josee Blier

Pourquoi est-ce si difficile d’avoir de la vitamine C en perfusion pour soulager les effets secondaires donnés par la chimiothérapie? c’est simplement parce que ça ne coûte rien. Les compagnies pharmaceutiques vont perdre beaucoup avec la vente de la chimio. Ce n’est que de la politique. On veut nous faire mourir et les compagnies pharmaceutiques ce sont elles qui mènent. Un jour ça sera leur tour!