Une entente entre Saint-Jérôme et La Compagnie Électrique Lion

Photo de France Poirier
Par France Poirier
Une entente entre Saint-Jérôme et La Compagnie Électrique Lion
La Compagnie Électrique Lion a un projet de batteries destinées à des véhicules électriques. (Photo : Courtoisie )

Le 17 novembre dernier, lors de la séance du conseil, la Ville de Saint-Jérôme a ratifié un accord de principe dans le but de conclure une convention d’emphytéose avec la Compagnie électrique Lion.

La compagnie jérômienne souhaite investir de grosses sommes pour construire, aménager et faire fonctionner une usine de production de batteries destinées à des véhicules électriques. Pour la réalisation de son projet, elle compte sur l’obtention d’un financement par les gouvernements provincial et fédéral. Pour ce faire, La Compagnie Électrique Lion avait besoin d’un terrain de 450 000 p2.

Pour la Ville de Saint-Jérôme, il était impératif de permettre à Lion de réaliser son expansion sur son territoire. La Ville propose une emphytéose d’une durée de 25 ans sur un terrain qui lui appartient et qui est situé sur la rue de Martigny Ouest, derrière le crématorium. Elle offrirait aussi un congé de taxes foncières de 5 ans à l’entreprise. De son côté, La Compagnie Lion Électrique s’engage à améliorer l’immeuble en y construisant un bâtiment industriel d’une superficie approximative de 150 000 p2 et y aménager les dépendances et stationnements nécessaires à leurs opérations.

« Il s’agit d’un dossier majeur puisqu’on parle ici de plus de 180 M$ en investissements pour le bâtiment, les équipements, le terrain. Nous tenions donc à nous positionner dès maintenant pour que Lion, qui a déjà son siège social à Saint-Jérôme, poursuive son développement chez nous. Nous nous engageons d’ailleurs à prendre toutes les mesures nécessaires afin de créer une nouvelle zone d’innovation industrielle dans le secteur du transport électrique, en collaboration avec les gouvernements et partenaires stratégiques. Nous voulons favoriser et inciter Lion comme toutes les entreprises de son écosystème à y installer leurs usines de fabrication », a soutenu le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher.

« Nous aimerions rassembler chez nous les entreprises qui, comme Lion, sont des manufacturiers innovants spécialisés dans le transport. La Ville de Saint-Jérôme entend d’ailleurs faire la promotion de l’expertise régionale et envisage de créer dans l’environnement immédiat de la future usine un nouveau milieu de vie où des emplois de qualité seraient à distance de marche », a argué François Poirier, conseiller municipal et mandataire à l’harmonisation et à l’aménagement du territoire.

« Cela fait plus de 25 ans que la Ville de Saint-Jérôme est active dans le domaine des nouvelles technologies en transport. Au fil du temps, des initiatives variées ont été mises en place en ce sens, pensons notamment à l’appui financier à l’Institut du véhicule innovant. Avec cet accord de principe, elle renforce sans équivoque son leadership dans le domaine », a ajouté Bernard Bougie, conseiller municipal mandataire à la mobilité durable et active.

« Notre plan de relance VSJ 2022 précise l’importance stratégique de faire la pro-motion du développement économique sur notre territoire. À ce propos, je souhaite souligner le travail colossal accompli par notre Bureau de développement économique, qui travaille d’arrache-pied pour attirer et concrétiser sur notre territoire des investissements massifs assortis de création d’emplois. L’accord de principe entériné au conseil municipal de novembre témoigne de la profonde volonté de Saint-Jérôme d’attirer chez elle des entreprises innovantes tournées vers les technologies d’avenir », a précisé Chantal Lambert, mandataire aux finances.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments