Une première cohorte dans les Laurentides de trois IPS

Une première cohorte dans les Laurentides de trois IPS

SAINT-JÉRÔME. Plus de 1 200 personnes étaient réunies afin de rendre hommage aux 448 nouveaux diplômés de l’UQO Campus de Saint-Jérôme lors des deux cérémonies de la Collation des grades qui se sont déroulées le dimanche 16 novembre. Par ailleurs, l’Université du Québec en Outaouais soulignait la première cohorte dans les Laurentides de trois infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne (IPS).

« La Collation des grades représente l’aboutissement d’une étape importante de votre vie, le point culminant de votre cheminement universitaire. Vous, qui portez aujourd’hui fièrement les couleurs de votre alma mater, faites maintenant partie de la grande famille des quelque 35 000 diplômés de l’UQO. N’oubliez jamais ce sentiment de fierté et de grande satisfaction qui vous habite en ce moment. Je vous souhaite de le ressentir souvent au fur et à mesure de vos réussites et des accomplissements qui marqueront les grandes étapes de votre vie personnelle et professionnelle » a dit le recteur de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), Jean Vaillancourt, félicitant personnellement les nouveaux diplômés.

Doctorat honorifique

Par ailleurs, lors de la Collation des grades, l’UQO a décerné un doctorat honoris causa à Charles Canham. Le Dr Canham est un chercheur qui, au cours des 30 dernières années, a grandement contribué au développement des connaissances théoriques et pratiques de la dynamique de la forêt feuillue tempérée de l’est de l’Amérique du Nord. Plusieurs de ses recherches se retrouvent d’ailleurs au cœur de la programmation de recherche de l’ISFORT, l’Institut des sciences de la forêt tempérée de l’UQO à Ripon.

Par ailleurs, huit diplômées ont obtenu une mention d’excellence du doyen des études. Cette mention est décernée à des étudiants qui se sont particulièrement distingués au niveau de la qualité des résultats obtenus dans leur programme respectif.

De plus, le prix Mérite étudiant 2014 a été décerné à Rima Habib, diplômée du baccalauréat en psychoéducation. Le mérite étudiant a pour objectif de souligner le mérite exceptionnel de nouveaux diplômés de l’UQO qui, pendant leurs années universitaires, ont témoigné d’un grand potentiel et ont fait preuve d’excellence dans leur engagement dans la vie universitaire tout en maintenant un dossier scolaire de grande qualité.

En chiffres

Étudiants inscrits cette année au campus de Saint-Jérôme

Diplômes décernés à ce jour par l’UQO

Programmes de premier cycle à l’UQO et 17 programmes de deuxième cycle à son campus de Saint-Jérôme

Marie-Claude Giroux, Paméla O’Connell-Chrétien et Elise Bonneau sont les trois infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne (IPS) de la première cohorte dans les Laurentides. Marie-Claude Giroux réside à Blainville et travaille pour le CSSS Lanaudière Sud.

Elle travaillait en néonatologie à Sainte-Justine et a décidé de suivre le cours, entre autres « pour avancer ma carrière professionnelle et augmenter l’accessibilité au niveau des soins. » Elle nous confie avoir commencé une maîtrise à l’Université de Montréal. Elle a ensuite entendu parler du bac à Saint-Jérôme « je n’avais que de bons commentaires, c’est pour cela que j’ai choisi cette Université. Et le fait que je prenais seulement 15 minutes (pour se rendre sur le campus) a joué énormément dans mon choix », nous dit-elle.

Paméla O’Connell-Chrétien travaille aussi au CSSS Lanaudière Sud. Elle a, de plus, obtenu une mention d’excellence du doyen des études: « J’ai été contente que l’on récompense mes efforts », nous dit-elle précisant qu’elle résidait à Terrebonne durant le programme. « J’ai choisi Saint-Jérôme pour la proximité et aussi pour le fait que les groupes étaient plus petits et les liens avec les professeurs sont faciles. J’y ai fait mon bac je et j’étais satisfaite.»

Quant à Elise Bonneau, elle réside à Mont-Laurier. Elle a choisi le campus de Saint-Jérôme à cause de la distance, mais aussi parce que c’est une université « proche de ses élèves. » Elle nous dit que ce programme est exigeant et demande du temps. Elle n’aurait donc pas pu suivre cette formation si celle-ci n’avait pas été disponible à Saint-Jérôme. Elle travaille depuis le mois de février en clinique médicale à Mont-Laurier et Rivière-Rouge.

La pratique professionnelle des IPS est basée à la fois sur les soins infirmiers en pratique avancée et sur la médecine de première ligne.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments