Un vendredi 13 maudit…

Par Luc Robert
Un vendredi 13 maudit…
(Photo : Raynald Morand)

Hôtes d’une éventuelle troisième Coupe Fred Page à Saint-Jérôme au printemps de 2020, le rêve des Panthères de l’emporter chez eux a fait patate, le… vendredi 13 mars dernier, lorsque Hockey Québec a décidé de suspendre ses activités.

Le tournoi devait réunir 4 équipes (est ontarien, 2 du Québec et 1 des Maritimes), déplacer une partie du Temple de la renommée du hockey ici, peut-être recevoir Guy Lafleur à titre président d’honneur (malade, lui aussi) et une chance pour les Jérômiens de remporter une 2e fois le trophée tant convoité.

Les Panthères s’étaient même assuré l’avantage de la patinoire face à leurs éternels rivaux, les Cobras de Terrebonne, au premier tour éliminatoire, grâce à un gain en prolongation à Longueuil, alors que le portier Guillaume Maguire avait gardé le but sur la tête. En termes de hockey, le « build-up » était parfait pour ramener les partisans à l’aréna régional RDN et permettre au proprio Clément Hudon d’avoir un retour d’investissement sur les 225 000 $ engagés pour tenir la compétition.

Le carrosse de la LHJAAAQ s’est malheureusement transformé en citrouille. Les efforts du directeur-gérant d’alors, Pierre Bergeron, qui a multiplié les échanges à la fin de la période de transactions, se sont avérés vains, face à un ennemi invisible.

Quelques soirs plus tôt, lors d’un match local à l’aréna jérômien, j’avais entendu à la radio qu’un hockeyeur des Coyotes de Phoenix avait testé positif à la COVID-19. Le lendemain, c’était au tour d’un joueur de basket-ball. Les dominos ont tous déboulé et la planète hockey a cessé de tourner.

Mes souhaits pour 2021 ? Que le Défi Bauer de septembre dernier puisse connaître son dénouement, et surtout, que la Coupe Fred Page puisse être disputée à Hawkesbury, en Ontario, à peine à 40 minutes de Saint-Jérôme, par l’autoroute 50.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments