Un premier Intercollégial des publications qui fait bonne impression!

Par des étudiants du Cégep de Saint-Jérôme en journalisme
Un premier Intercollégial des publications qui fait bonne impression!
Des participants au 1er Intercollégial des revues littéraires et artistiques. (Photo : Captures d’écran d’Alexis Vaillancourt Chartrand)

C’était une journée radieuse dans les Laurentides, et partout au Québec d’ailleurs. Cela n’a pas empêché une cinquantaine d’étudiants provenant de 11 cégeps de répondre à l’invitation du Cégep de Saint-Jérôme en prenant part, samedi dernier, au 1er Intercollégial des revues littéraires et artistiques, intitulé Premières impressions.

Le journal Le Nord est fier de publier ce texte des étudiants en journalisme du Cégep de Saint-Jérôme et d’encourager la relève.

Jusqu’au dernier moment, un doute subsistait dans l’esprit de l’organisateur, Alexis Vaillancourt-Chartrand, professeur de littérature au Cégep de Saint-Jérôme. Il y avait la météo trop printanière… Mais surtout le contexte virtuel dans lequel se réalisait l’événement, pandémie oblige. La magie a cependant opéré. Les étudiants étaient au rendez-vous, mus par leur désir de s’unir autour de la création. « Un sentiment de communauté s’est installé tôt dans la journée, raconte Charles-William Brière-Gaudet, un étudiant du CSTJ ravi par son expérience. Le dialogue entre les cégeps était particulièrement enrichissant. Nous allions à la rencontre de gens comme nous, passionnés par le monde des arts et de l’édition ».

Pour stimuler davantage cette créativité, les participants ont assisté à des ateliers avec des invités de marque. D’abord, l’écrivaine Fanny Britt les a guidés vers la création de personnages à partir de contraintes stimulantes. Puis, Myriam Caron Bélisle (XYZ) et Madioula Kébé-Kamara (Diverses syllabes) ont communiqué leur passion pour leur métier d’éditrice. Finalement, l’artiste multidisciplinaire Marc Séguin a invité les étudiants à la prise de risque, à chercher leur propre voie malgré les doutes. « Les invités étaient là par amour de l’art, de la relève, et ce qu’ils nous ont proposé nourrissait notre quête d’identité artistique, à la fois commune et individuelle », poursuit Charles-William.

En soirée, les participants ont assisté à la remise des prix Apostrophée, attribués par le jury composé des invités. Ces derniers se sont dit impressionnés par la grande qualité de ce qu’ils ont lu. La revue l’Étendard, du Cégep de Saint-Jérôme, a été couronnée Coup de cœur des participants, ex aequo avec Horizons du Collège Ahuntsic (250$ par publication), en plus de remporter le prix pour la meilleure facture visuelle (500$). C’est Horizons qui a remporté le prix de la meilleure revue (1000$). Récompense pour les créateurs : toutes les œuvres en lice ont été lues et mises en valeur par des comédiens professionnels.

Pour la nuit de création, qui a duré jusqu’aux petites heures, l’équipe de la revue l’Étendard avait mis sur pied un étonnant manoir virtuel. À leur guise, les participants y déambulaient pour créer des œuvres visuelles dans la salle d’exposition, imaginer des dialogues entre leurs personnages dans le salon de thé, faire des graffitis dans les toilettes et participer à un cadavre exquis. Le fruit de ces heures de création sera publié sous peu dans une revue collective, distribuée dans les cégeps participants.

Pour Alexis Vaillancourt-Chartrand, un moment magique est survenu, passé les coups de minuit, alors que plus de la moitié des participants étaient encore devant leur écran pour partager leurs textes et vibrer aux mots des autres. La récompense pour des semaines de travail chargées, mais surtout, un véritable baume sur nos solitudes.

Texte de Justine Alarie, Rosalie Bryar, Loriane Dufour, Marie-Ève Lavoie, Sarah Mongeon, étudiantes Cégep de Saint-Jérôme, dirigées par Mariève Desjardins.

 

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments