Un nouveau jeu 100% québécois arrive dans nos boutiques

Par Ève Ménard
Un nouveau jeu 100% québécois arrive dans nos boutiques
Jeu, Stéphane a aussi choisi d’en assurer la distribution.

Conçu au Québec, fabriqué en Chine. C’est souvent ce qui est inscrit sur nos jeux de société. Le nouveau jeu La Récompense des éditions Momentum, création de Stéphane Fournier, peut toutefois se vanter d’avoir été à la fois conçu et fabriqué chez nous.

Son concepteur, aussi président des éditions Momentum situées à Sainte-Agathe-des- Monts, est venu faire un tour à nos bureaux pour nous présenter son tout nouveau produit.

Inspiration et confinement

Tout a commencé en mars 2020, en plein confinement. Un peu comme tout le monde, Stéphane et sa famille en profitent pour redécouvrir de vieux jeux de société et en acheter de nouveaux, question de passer le temps. C’est lors de cet arrêt forcé que l’idée de créer son propre jeu se présente. Le tout premier coup de crayon est donné peu de temps après.

Tranquillement, le jeu prend forme. Stéphane le teste avec sa famille. Plus tard, c’est au tour des amis et ensuite, des inconnus. En cours de route, des recommandations sont apportées et Stéphane n’hésite pas à modifier son jeu pour y répondre. « À force de le modifier, nous arrivons avec un jeu super équilibré, drôle et le fun! »

Intensité, rires, culture générale, bluffe; tout est au rendez-vous autour de ce nouveau jeu rassembleur. Les participants sont même libres de choisir la durée de la partie. Résultat? On ne se retrouve pas devant une de ces interminables parties de Monopoly.

Aussi, rien n’est laissé au hasard. Prenons en exemple les billets d’argent utilisés par le banquier : après s’être fait dire qu’ils étaient plutôt ordinaires, Stéphane Fournier décide de les personnaliser.

On y retrouve dorénavant les visages de quelques personnes impliquées dans le processus de conception et de fabrication.

Fabriqué dans les Laurentides

La fabrication du jeu s’est mise en branle dès la mi-mars 2021. Son concepteur indique avoir investi beaucoup d’argent dans la machinerie afin de pouvoir réaliser cette étape au Québec.

Bien que la rentabilité ne soit pas la même, Stéphane Fournier est fier de sa décision. Il confie que si le jeu avait été fabriqué en Chine, il aurait coûté 7$, alors que le coût de fabrication ici, coûte 23$. Son concepteur le vend ensuite 42$ aux acheteurs qui le revendent au coût de 69,99$ sur le marché. En plus d’assurer la fabrication du jeu, Stéphane a aussi choisi d’en assurer la distribution.

La Récompense est actuellement disponible dans les boutiques spécialisées en jeu de société. Près de chez nous, on le retrouve notamment à Saint-Sauveur à La Boîte à Surprises de Nicolas. « L’objectif c’est 1000 jeux par semaine », affirme Stéphane Fournier. Jusqu’à présent, même sans publicité, tout ce qui sort se vend bien, souligne le concepteur. Ce dernier voit grand pour la suite : il espère vendre 75 000 exemplaires pour la première année.

Ensuite, il compte sortir des frontières du Québec. Il aimerait faire le lancement du jeu en Europe en septembre ou en octobre prochain. Il y a l’idée de le traduire en Espagnol afin de le lancer au Mexique. Il souhaite aussi l’introduire aux États-Unis.

Comment on joue?

Le plateau central est divisé en quatre sections – immobilier, oeuvres d’art, voitures et curiosités – autour duquel de trois à six joueurs, dont un joueur attitré comme banquier, tentent d’obtenir le plus de biens et de gains. Au fil des tours, achat, vente, héritage, vente privée, loterie, enchère de la banque, les joueurs vont acquérir de nouveaux biens, agrandir leur collection mais également perdre quelques gains. Pour pimenter le tout, lors d’une acquisition, le banquier prend le temps de décrire chaque bien et invite les joueurs à bien mémoriser les informations. À la fin de la partie, le banquier formule une question par rapport à chaque bien qui permet aux joueurs d’empocher un montant d’argent supplémentaire pour chaque bonne réponse. La partie se termine lorsque le temps prévu est écoulé ou lorsque la totalité des biens immobiliers est épuisée.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments