Trois villes s’unissent pour la Sécurité incendie

Photo de France Poirier
Par France Poirier
Trois villes s’unissent pour la Sécurité incendie
Jean-François St-Laurent (Prévost), chef équipement et sécurité civile et membre de l’état-major unifié, Luc Chaput (Saint-Jérôme) directeur incendie et membre de l’état-major unifié ainsi que Dominic Beaudry (Saint-Hippolyte), chef aux opérations.

Gestion administrative centralisée

Les villes de Saint-Jérôme, de Prévost et la Municipalité de Saint-Hippolyte, ont récemment conclu une entente dans le but de centraliser la gestion administrative de leurs services de sécurité incendie.

 

Ainsi, la planification des opérations de prévention, de formation du personnel et de sécurité civile feront partie de cette nouvelle structure qui réunit des gestionnaires des trois services au sein d’un état-major unifié. La responsabilité de cet état-major a été confiée au directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Jérôme, monsieur Luc Chaput.

Des gestions des opérations indépendantes

Par ailleurs, chacune des municipalités demeure responsable de la gestion de ses propres opérations de même que de l’administration du budget de son service, sauf en ce qui concerne la portion financière relative à cet état-major unifié.  L’entente de cinq ans contribuera, selon les décideurs, à l’amélioration des services offerts aux citoyens, à l’uniformisation des méthodes de travail ainsi qu’à la complémentarité des équipements.  Selon Bruno Laroche, préfet de la MRC de La Rivière-du-Nord « l’accroissement des exigences de plus en plus nombreuses en matière de sécurité incendie et de sécurité civile et l’explosion démographique prévue prochainement dans la MRC de La Rivière-du-Nord ont motivé cette volonté de mise en commun. Notre objectif à long terme est avant tout de stabiliser nos services de sécurité incendie. »

Sainte-Sophie et Saint-Colomban

Louise Gallant la mairesse de Sainte-Sophie se disait satisfaite du fonctionnement actuel de la gestion administrative de son service de sécurité incendie et ne souhaitait pas se joindre à cette centralisation pour l’instant. Du côté de Saint-Colomban,  il n’y avait pas d’intérêt non plus à cette gestion centralisée.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de