Tour Rodgers : La Ville de Prévost est menottée

par France Poirier
Tour Rodgers : La Ville de Prévost est menottée
Le maire de Prévost Paul Germain.

La Ville de Prévost se trouve menottée dans le dossier de la tour cellulaire. Ayant obtenu un avis juridique sur la validité de son règlement sur les tours de communication, les dirigeants ont appris elle a appris qu’ils ne pouvaient intervenir comme municipalité.

 

Selon Me Marc-André LeChasseur, spécialiste en droit municipal, « une institution municipale ne peut intervenir dans la mise en place d’infrastructures de radiocommunication puisqu’il s’agit d’un champ de compétence exclusivement fédéral ». En d’autres mots, malgré sa réglementation, la Ville de Prévost ne peut régir les conditions d’implantation des équipements et infrastructures de télécommunication sur son territoire. La Ville de Prévost a tout de même signifié à deux reprises à Rogers qu’elle souhaitait que ce projet soit soumis à une consultation publique conformément à sa réglementation.

La ville maintient son opposition au projet

Depuis un mois, le maire a interpellé les candidats aux élections fédérales pour obtenir leur appui. Le maire dénonce le non-respect par le gouvernement fédéral de la mission d’organisation du territoire des villes.

Dans le but d’avoir des informations objectives, lors de la dernière assemblée municipale, le conseil de ville a officiellement demandé la Direction de la santé publique du Québec de tenir une séance d’information pour ses citoyens concernant les effets négatifs potentiels sur la santé vis-à-vis la proximité d’une tour de téléphonie mobile.

David contre Goliath

Pour le maire, poursuivre une entreprise milliardaire qui a le support des autorités fédérales, dans une affaire où la ville n’a aucune chance serait malhonnête.  « Chaque sous que nous investissons doit profiter aux citoyens et non pas à des bureaux d’avocats.», précise le maire de Prévost.

M. Germain a d’ailleurs l’intention de voir avec Rhéal Fortin le député fédéral de Rivière du Nord les avenues possibles pour mettre fin au projet de Rogers.
« Nous faisons ce que nous pouvons avec les pouvoirs que nous avons et malheureusement, mise à part demander un avisjuridique, démontrer notre mécontentement, faire pression auprès des institutions concernées pour informer nos citoyens dans le dossier, et refuser le permis de construction à Rogers, la Ville de Prévost est muselée dans ce dossier », ajoute-t ’il.

Rogers Communications entend réaliser un projet d’aménagement d’une tour de télécommunication au cimetière de la Paroisse St-François-Xavier situé en bordure du boulevard du Curé-Labelle à Prévost avec l’accord d’Industrie Canada, mais sans l’accord de la Ville.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments